News

Chambre des Métiers
Europe

Cycle de conférences de la Chambre des Métiers: "Les midis de l'artisanat sans frontières"

Publié le 13 décembre 2012

A partir de l'année 2013, l'Enterprise Europe Network de la Chambre des Métiers vous proposera un nouveau cycle de conférences dédié aux démarches au niveau des marchés étrangers. Quels sont les moyens offerts aux entreprises qui veulent s'établir au niveau des marchés étrangers? Comment sont organisées les missions économiques par le ministère de l’Economie et du Commerce extérieur? Comment participer aux stands collectifs au niveau des foires, quelles sont les aides disponibles? Comment explorer des pistes potentielles de développement économique sur les marchés étrangers? Comment identifier les potentiels exploitables? Comment détacher les salariés exactement, quelle est la TVA applicable, quelle administration est responsable, à qui s’adresser en cas d’apparition des problèmes dans le cadre des activités transfrontalières? Bien qu'il y ait bon nombre de raisons comme p.ex. une concurrence toujours plus poussée au niveau national, une diminution de la demande locale ou bien encore une stagnation sur les marchés intérieurs pour partir à la conquête de nouveaux débouchés, les entreprises doivent se poser une multitude de questions avant de pouvoir aborder ces marchés. Le premier rendez-vous organisé dans ce contexte en coopération avec le Ministère de l'Economie et du Commerce extérieur aura donc lieu le 7 février 2013 de 12h à 14h à la Chambre des Métiers et se focalisera sur les possibilités d'une participation aux missions économiques et stands collectifs du ministère tout comme sur les aides disponibles pour les activités de promotion et foires à l'étranger. Inscrivez-vous en ligne pour la conférence du 7 février en cliquant ici!   Personnes de contact au sein de l'Enterprise Europe NetworkElke Hartmann, tél.: 42 67 67 - 266, Laure Mangen, tél.: 42 67 67 - 366, Jeannette Muller, tél.: 42 67 67 - 222,  
Chambre des Métiers
DSC 5736

L’Artisanat au cœur des saveurs : La Chambre des Métiers publie une nouvelle brochure pour la promotion des métiers de l’alimentation

Publié le 05 décembre 2012

Qualité, créativité, savoir-faire, service au client – tels sont les mots-clés qui décrivent au mieux ce secteur artisanal, haut-lieu du patrimoine culinaire luxembourgeois. Des artisans engagés, assidus dans leurs démarches de qualité et d’innovation, persuadés de leur engagement de préservation des goûts et de transmission des traditions, partagent à travers cette publication leurs idées, leurs convictions et leur savoir-faire. La brochure de promotion se propose de présenter de façon originale à base de chiffres et d’illustrations les métiers des boulangers-pâtissiers, des pâtissiers-confiseurs, des bouchers-charcutiers, des traiteurs et des meuniers en les plaçant dans le contexte spécifique du Grand-Duché et de la Grande Région. L’évolution du secteur des métiers de l’alimentation est spécialement propice à refléter notamment par ses tendances culinaires et ses recettes typiques les changements socio-démographiques du pays, son histoire tout comme la situation multiculturelle du Grand-Duché. Les prix qui ont récompensé l’alimentation artisanale au niveau national et international ainsi que les multiples labels, auxquels adhèrent les entreprises ressortissantes de la Chambre des Métiers, font preuve d’une recherche et d’une démarche de qualité appro-fondie. L’engagement des entreprises des métiers de la bouche au niveau de la formation professionnelle initiale et du brevet de maîtrise, tout comme la mise en place de guides de bonnes pratiques d’hygiène, soulignent l’importance qu’attache ce secteur à une qualité et à une sécurité alimentaire irréprochables. Dans la mesure où - selon une récente enquête de l’Enterprise Europe Network de la Chambre des Métiers - bon nombre d’entreprises des métiers de l’alimentation ont déve-loppé des activités sur les marchés étrangers, la brochure est éditée en langue française et allemande de façon à se prêter à la promotion de ce secteur d’excellence, non seulement au niveau national, mais également au-delà de nos frontières.
Chambre des Métiers
Euro

Relèvement du salaire social minimum au premier janvier 2013: Une hausse du coût du travail non-qualifié qui exacerbera le chômage et détériorera davantage encore la compétitivité

Publié le 29 novembre 2012

Communiqué de presse du 28 novembre 2012 La Chambre de Commerce et la Chambre des Métiers viennent d’émettre leur avis commun concernant le projet de loi  prévoyant une augmentation du salaire social minimum (SSM) de 1,5% à partir du 1er janvier 2013, pour le porter à 1.874,19 EUR (SSM non-qualifié), respectivement à 2.249,03 EUR (SSM qualifié). Les deux Chambres professionnelles tirent la sonnette d’alarme face à cette nouvelle hausse du coût du travail. Elle fait fi du contexte économique général du Luxembourg, pénalisera avant tout les couches les plus vulnérables de la population, au lieu de les soutenir, et augmentera le chômage au Luxembourg. Le niveau particulièrement élevé du SSM actuellement en vigueur au Luxembourg pose d’importants problèmes, notamment en termes d'employabilité des personnes résidentes sans qualification. En effet, l’augmentation du coût de la main-d’œuvre la moins qualifiée n’incitera pas les entreprises à embaucher ces personnes, mais plutôt à recourir à des travailleurs plus qualifiés, notamment en provenance de la Grande Région. Dès lors, le relèvement du SSM risque d’aggraver davantage à l’avenir les difficultés éprouvées par les résidents non ou peu qualifiées lors de la recherche d’un emploi. En effet, dans la mesure où bon nombre de personnes non qualifiées ont d’ores et déjà une productivité inférieure au salaire minimum, l’augmentation du niveau du SSM au 1er janvier 2013 n’aura pour autre conséquence que l’accroissement du nombre de chômeurs potentiels, de fragiliser davantage la cohésion sociale et de créer une brèche sérieuse à l’objectif politique visant à intégrer prioritairement les personnes non ou peu qualifiées sur le marché du travail. D’une manière plus générale, le projet de loi constitue une nouvelle illustration que le Luxembourg ne parvient pas à  adapter et à ajuster la capacité redistributive de l’économie en fonction de sa capacité productive. Or, cette capacité est une condition de fond de tout développement socio-économique qui se veut durable. Le Luxembourg doit se rendre à l’évidence qu’une période de six ans sans croissance (2008-2013) est incompatible avec des automatismes réglementaires qui renchérissent de 17,9% le coût du travail dans le chef des salariés rémunérés au voisinage du SSM (soit 5 tranches indiciaires de 2,5% et trois relèvements du SSM, à savoir 2,0% (2009), 1,9% (2011) et 1,5% (2013)). L’augmentation du SSM, qui n’est qu’une faculté selon la loi, est ainsi devenue en réalité un automatisme réglementaire, ce qui constitue une nouvelle illustration de l’insuffisance des efforts du Gouvernement visant à résoudre les problèmes structurels du pays. Le Luxembourg est parmi les pays d’Europe qui connaissent la plus forte proportion de salariés payés au salaire minimum. Une telle situation traduit un dysfonctionnement profond du marché du travail, dans la mesure où une proportion importante de salariés est rémunérée dans des conditions qui ne sont pas les conditions normales du marché. D’une part, la conséquence directe du niveau élevé du SSM entraîne mécaniquement un nombre croissant de salariés peu ou pas qualifiés à être « rattrapés » par le salaire minimum. Pourtant, il est évident pour l’ensemble des acteurs économiques qu’il n’est jamais positif que les mécanismes de marché ne jouent que sur une partie réduite du marché. D’autre part, ce « dirigisme salarial » est accentué par l’effet d’entraînement sur les salaires moyens ou supérieurs qu'induisent les conditions de rémunération dans la fonction publique. Une partie croissante des rémunérations relève dès lors de décisions ou mécanismes d’ajustement étrangers au monde des entreprises. Une telle situation n’est pas tenable dans une économie de marché aussi ouverte que celle du Luxembourg, qui comporte par définition une grande partie d’entreprises qui sont des « price takers ». Par ailleurs, en termes de cohésion sociale, le rapport Fontagné sur la compétitivité de l’économie luxembourgeoise de fin 2004 relève que, si la proportion de salariés rémunérés au salaire minimum est importante, le SSM ne parvient pas à remplir son objectif de redistribution. Cette analyse rejoint entièrement celle des deux Chambres professionnelles. Les mécanismes de redistribution ne sont efficaces que lorsqu’ils sont ciblés. En pratique, le seul effet d’une augmentation du SSM consiste à accroître la proportion de la population active qui se trouve exclue des conditions normales du marché du travail. Les deux Chambres professionnelles pourraient par contre soutenir l’introduction d’un « Salaire Minimum Formation ». Dans ce contexte, la différence entre le seuil inférieur de productivité retenu pour les salariés non-qualifiés et le SSM serait versée par l’Etat, sur production d’un certificat de participation à une formation qualifiante pour 20% du temps de travail, par exemple. Dès lors, la formation serait financée par l’Etat en débitant le chéquier formation de l’intéressé. Ce système permettrait ainsi surtout aux travailleurs non-qualifiés d’améliorer leur employabilité et d’accroître leur productivité au sein des entreprises. Dans le contexte du SSM et des relèvements réguliers afférents, l’argument du coût élevé du logement est souvent avancé. Si des aides ciblées au logement des salariés les plus démunis peuvent être justifiées, les deux Chambres professionnelles plaident surtout pour des mesures visant à soutenir l’offre de logements, afin de rétablir l’équilibre entre la demande et l’offre sur le marché immobilier. Cet équilibre fait défaut actuellement et cet état de fait est largement responsable des prix élevés sur le marché du logement. En dernier lieu, l’adaptation du SSM incite inévitablement les bénéficiaires de salaires bas ou même moyens à revendiquer des hausses conséquentes de leur propre niveau de salaire. Il s’ensuit donc une tendance à la hausse généralisée de l’ensemble des salaires, une nouvelle dégradation de la compétitivité-coût et prix et, finalement, un impact néfaste en termes d’inflation. Il est par ailleurs évident que la hausse du SSM aura des répercussions non négligeables sur les coûts de production des secteurs qui emploient un grand nombre de salariés rémunérés au SSM. Les autorités doivent donc, dans un tel contexte, renoncer à une mesure qui, en pénalisant les secteurs les plus intensifs en emplois, ne peut qu’induire un risque élevé d’accroissement de l’exclusion et de l’inactivité. Retrouvez ici l'avis de la Chambredes Métiers
journees-blog-scaled

Bilan positif pour les Journées Création et Développement d'Entreprises

Publié le 28 novembre 2012

L'édition 2012 des Journées Création et Développement d'Entreprises s'est tenue du 13 au 28 novembre. Cette série de manifestations est organisée depuis 2006 en alternance par la Chambre des Métiers et la Chambre de Commerce sous le patronage du Ministère des Classes Moyennes et du Tourisme et du Ministère de l’Economie et du Commerce extérieur. Ces Journées d'information ont permis à tous ceux qui veulent créer, reprendre ou développer une entreprise de rencontrer toutes les structures de conseil, d'accompagnement et de financement et de faire le plein d’informations pour réaliser leur projet d’entreprise. L'édition de cette année a été marquée par 13 événements - dont cinq organisés par la Chambre des Métiers – et a connu un franc succès: plus de 1.200 inscriptions ont ainsi pu être enregistrées. L’évènement phare des Journées Création et Développement d’Entreprises a été la « Nocture des Guichets Uniques », concept d’entretiens personnalisés sur rendez-vous, qui a permis à 120 personnes, créateurs ou repreneurs d’entreprises, ou chef d’entreprises souhaitant se développer, de rencontrer des conseillers de tous les domaines d’activités entre 17h à 21h. Bien évidemment les guichets uniques physiques que sont Contact Entreprise de la Chambre des Métiers concernant l’artisanat, et Espace Entreprise de la Chambre de Commerce concernant le commerce et l’industrie sont tous les jours à disposition des personnes intéressées par l’indépendance et qui ont besoin d’assistance et de conseil. La prochaine édition est d’ores et déjà prévue l’année prochaine à la même époque. Découvrez ici les Journées Création et Développement d'Entreprises 2012 en images!
bernard-coune

Bernard COUNE est le meilleur créateur d’entreprise dans l’artisanat 2012

Publié le 15 novembre 2012

Le vainqueur du Prix Créateur d'entreprise dans l'artisanat 2012 est enfin connu : Bernard Coune, co-fondateur de la société International Fire Control SA, remporte cette 2ème édition du Prix, face aux trois autres finalistes, à savoir Guillaume KROMBACH de Krombach Constructions Sàrl., Jean-Luc MAJERUS de Majerus-Parmentier Constructions Sàrl. et Rico LANGER de RACON Sàrl. Découvrez ici les photos de l'événement! C’est dans le cadre d’une cérémonie de remise de Prix qui s’est tenue le jeudi 15 novembre au siège de BGL BNP Paribas à Luxembourg que le jury du Prix Créateur d'Entreprise dans l'artisanat 2012 a dévoilé l’identité du gagnant. Bernard Coune remporte ainsi le titre du « Meilleur Créateur d’entreprise dans l’artisanat 2012 » ainsi que 5'000 EUR, offerts par BGL BNP Paribas. Organisé par la Chambre des Métiers en collaboration avec BGL BNP Paribas, ce prix vise à encourager et à récompenser celles et ceux qui se sont lancés dans la création ou la reprise d’une entreprise artisanale depuis 2 ans au moins et 5 ans au plus. Cette initiative souhaite mettre en valeur les jeunes créateurs qui se sont lancés dans l’indépendance et motiver celles et ceux qui hésitent encore à se lancer dans leur propre projet. Le jury, composé de Bernadette FRIEDERICI (Ministère des Classes moyennes et du Tourisme), Romain GIRST (BGL BNP Paribas), Patrick DAHM (Mutualité des PME) et Charles BASSING (Chambre des Métiers), a été convaincu par l’enthousiasme et le dynamisme de Bernard Coune et de son entreprise International Fire Control SA, spécialisée dans la protection et la détection incendie de risques industriels. Selon le jury, Bernard Coune avec ses associés a su développer une entreprise dynamique à la pointe du progrès, en combi-nant la qualité et la compétence des services offerts à une prise en charge complète des projets depuis la conception jusqu’ à la maintenance. Qualité, compétence des prestations offertes et concentration sur l'excellence des relations avec les clients sont les leitmotivs de son entreprise. Le succès commercial, qui se traduit par la création de 24 emplois, témoigne d'un projet de création particulièrement réussi. Après avoir terminé ses études d'Ingénieur en mécanique, Bernard Coune fait ses débuts dans le domaine de la protection incendie. Il débute en 1994 comme ingénieur projets et après un passage par plusieurs entreprises du secteur, il devient administrateur d'une en-treprise spécialisée en protection de risques industriels. L'envie de créer sa propre entre-prise et la passion du métier le poussent à créer en 2008, ensemble avec ses deux associés, la société International Fire Control SA qui occupe actuellement 27 personnes. Le jury a par ailleurs applaudi et souligné la qualité des dossiers des trois autres finalistes à savoir Guillaume KROMBACH, Jean-Luc MAJERUS et Rico LANGER, relevant l’excellence de ces 3 créateurs d’entreprise qui méritent tous les trois la 2e place du podium. Guillaume KROMBACH a impressionné le jury par son parcours professionnel peu commun et sa volonté de réussir. Menuisier de formation, Guillaume KROMBACH décida à l'âge de 23 ans de se réorienter et de reprendre des études d'ingénieur dans le domaine de la construction et du génie civil afin de créer sa propre entreprise de construction. Lorsque l'occasion de reprendre une entreprise existante se présenta, Guillaume KROMBACH releva le défi, motivé par le goût d’entreprendre et la réalisation de ses ambitions. Entretemps, Krombach Constructions Sàrl a doublé son effectif, occupe actuellement une trentaine de personnes et présente des résultats constamment positifs. Jean-Luc MAJERUS a séduit le jury par son sens des responsabilités marqué et sa volonté de relever de nouveaux défis. Motivé par le goût de l'indépendance et par l'autonomie du travail, le chef d’entreprise a su développer et dynamiser les activités de son entreprise, en particulier dans le domaine innovant de la construction durable. Après des études d'architecture, Jean-Luc MAJERUS créa en 2002 avec un associé son bu-reau d'architecture. Confronté à une proposition de reprise d’entreprise en 2009, il décida de relever de nouveaux défis et reprit une entreprise de construction qui occupait une quinzaine de personnes. Jean-Luc MAJERUS a su développer les activités de l'entreprise Majerus-Parmentier Constructions Sàrl et s'investit aujourd’hui surtout dans la construction durable et biologique. Aujourd’hui l’entreprise a augmenté son effectif à 32 unités et prévoit pour 2013 un projet de relocalisation et d'agrandissement. Rico LANGER a convaincu le jury par sa volonté de réaliser ses ambitions et d’intégrer son savoir-faire dans la réalisation de son projet d'entreprise. Après avoir terminé ses études d'ingénieur, Rico LANGER acquit ses premières expériences professionnelles au sein d'une entreprise de construction. Après 10 années passées dans des fonctions surtout administratives, il décida en 2010 de créer, ensemble avec un partenaire, une entreprise de construction. RACON Sàrl, qui s'adresse essentiellement à une clientèle privée, occupe aujourd'hui 29 personnes et présente de belles perspectives de développement. Le jury souligne que ces 4 entrepreneurs ont réalisé leur projet d'entreprise dans un environnement économique jugé généralement plus difficile et ont démontré leur faculté d'adaptation aux nouvelles exigences de leur marché. Ils ont ainsi su transformer leur pro-jet d'entreprise en succès commercial. Dans la mesure où il devient évident que le succès économique et social du modèle luxembourgeois dépend essentiellement de l'initiative entrepreneuriale, de la capacité d’innovation des entreprises et de la prise de risque calculée, ces 4 entrepreneurs ont su, par leur dévouement et leur ténacité, réaliser leurs ambitions et contribuer ainsi au déve-loppement et au bien-être du Grand-Duché.
Chambre des Métiers
budget-web

AVIS: Projet de loi concernant le budget de l’Etat pour 2013: Agir rapidement et efficacement contre la dégradation des finances publiques

Publié le 13 novembre 2012

La Chambre des Métiers a présenté dans le cadre d'une conférence de presse son avis concernant le Projet de loi du Budget de l'Etat pour 2013. Des finances publiques à la dérive Sur les dernières années, les finances publiques se dégradent de façon significative et continue. Concernant le budget de l’administration centrale de l’année en cours, le déficit a été sous-estimé d’environ 500 mio € et atteindra le niveau record de 1.650 mio €. Pour l’exercice 2013, il est estimé à 1.000 mio €. Sur les 14 dernières années, 11 exercices terminent dans le rouge. La dette qui en 2007 s’élevait encore à moins de 7% du PIB devrait atteindre 26% en 2013. Des mesures de consolidation unilatérales, largement insuffisantes et «anti-économiques» La Chambre des Métiers prend note de la mise en oeuvre de mesures de consolida-tion. Or, si cette politique budgétaire va dans le bon sens, les mesures annoncées sont largement insuffisantes, alors qu’elles n’arriveront pas à rétablir l’équilibre au niveau de l’administration publique (Etat central, communes, sécurité sociale) en 2014, ce qui constituait pourtant l’objectif proclamé par le Gouvernement. Par ailleurs, les mesures sont unilatérales en ce que le Gouvernement combat le dérapage des dépenses publiques essentiellement à travers la réduction des inves-tissements publics et le relèvement conséquent de la charge fiscale. Ces deux élé-ments représentent à eux seuls 74% de l’effort de consolidation. Finalement les mesures sont à qualifier d’ «anti-économiques», alors que la hausse de la charge fiscale aura des effets négatifs sur les entreprises. En effet, en rédui-sant leurs revenus nets, elle met en péril le financement des investissements dans l’outil de production, ce qui aura un impact défavorable sur la croissance écono-mique future. L’augmentation du poids de la fiscalité dégradera en outre la compé-titivité du Luxembourg, en rendant moins attrayant le pays pour les investisseurs étrangers. Cet argument vaut également pour la hausse de la charge fiscale des personnes physiques qui diminuera l’attraction du pays pour la main-d’oeuvre étrangère, notamment frontalière. La baisse des investissements publics risque d’avoir des effets défavorables sur l’activité du secteur de la construction et donc sur son emploi, si cette diminution n’est pas compensée par une hausse de la demande privée. Cette mesure détério-rera également à terme la compétitivité au cas où la baisse toucherait des investis-sements vitaux pour l’économie. La Chambre des Métiers exige des mesures correctives incisives Dans ce contexte de dégradation des finances publiques, et dans le souci de pré-server le modèle social luxembourgeois, des mesures correctives urgentes et inci-sives devraient être prises par le Gouvernement pour corriger ces déséquilibres. Selon la Chambre des Métiers, cette détérioration ne correspond pas à un phéno-mène conjoncturel, donc temporaire, mais bien à un problème structurel. Il est en effet fortement probable que la croissance économique n’atteindra plus dans les années à venir les niveaux des dernières décennies. Ainsi, la croissance tendan-cielle sera notamment pénalisée par les restructurations en cours au niveau du secteur financier. Enfin, on assiste à un processus de désindustrialisation rampant qui semble avoir été accéléré par la crise. Il faut rappeler que des déficits publics récurrents impliquent une hausse continue de la dette publique, et donc une augmentation progressive du service de la dette. La politique de consolidation n’est pas synonyme de récession économique Tout d’abord, l’économie nationale se caractérise avant tout par l’exportation de services et de biens, ces activités ne dépendant donc pas de l’évolution du pouvoir d’achat au Luxembourg. A titre d’illustration, il y a lieu de relever que la dépense de consommation finale ne représente que 20% de la demande de biens et services adressée à l’économie luxembourgeoise. S’il ne fait pas de doute qu’une politique de consolidation impactera dans une cer-taine mesure l’économie nationale, le fait de ne pas corriger la dérive des finances publiques entraînera à terme des difficultés économiques bien plus graves. Ainsi, des moyens financiers toujours plus conséquents seront absorbés par le service de la dette, ce qui réduira progressivement la marge de manoeuvre du Gouvernement. En outre, le Luxembourg risque de perdre la notation AAA, avec comme consé-quence une hausse du taux d’intérêt à payer sur les emprunts publics et à la clé un accroissement plus significatif et rapide encore de la dette. La Chambre des Métiers propose une réduction linéaire des dépenses publiques hors investissements D’un point de vue financier, l’assainissement des finances publiques ne pourra se réaliser par des mesures ponctuelles, dont l’incidence sur le déficit est très réduite. Sur le plan politique, le désavantage de la mise en oeuvre de mesures ponctuelles réside dans le fait qu’elles touchent un segment spécifique de la population (p. ex. les ménages à bas revenus ou les ménages plus aisés, etc). C’est la raison pour la-quelle elles font logiquement l’objet de contestations de sa part. Par contre, la mise en oeuvre d’une réduction linéaire des dépenses publiques cor-respondrait à un effort collectif de la population au sens large pour rétablir l’équilibre des finances publiques. De ce fait, la Chambre des Métiers propose la détermination d’un objectif budgétaire d’après lequel les dépenses publiques se-raient réduites de façon linéaire, hormis toutefois les dépenses d’investissement. En effet, ces dernières subiront d’ores et déjà en 2013 une baisse de l’ordre de 9%. Par ailleurs, les investissements contribuent au renforcement de la compétitivité. Une telle mesure déclenchera une radiographie de l’ensemble des dépenses, de même qu’une remise en question des méthodes de travail et d’organisation, ainsi que des subventions et des aides étatiques. Ce «screening» devrait avoir pour ob-jectif de rechercher le potentiel d’économies dans les divers postes budgétaires en distinguant entre l’utile et le nécessaire, d’un côté, et les «nice to have» de l’autre côté. Le potentiel pourrait être exploité sans pour autant priver les ménages néces-siteux des aides dont ils ont besoin et sans pénaliser outre mesure les entreprises dépendant de la demande intérieure. Le Gouvernement effectue un pilotage à vue et se montre réticent à implémenter des réformes structurelles Des prises de décisions contradictoires les unes par rapport aux autres, une atti-tude plutôt attentiste en ce qui concerne les finances publiques se traduisant no-tamment par des tergiversations quant à l’opportunité de prendre des mesures de consolidation et quant au contenu de celles-ci montrent que le Gouvernement n’effectue en fin de compte qu’un pilotage à vue. Des exemples concrets illustrant cette politique ne manquent pas. La décision d’abolir la contribution de crise est prise 7 mois après son entrée en vi-gueur. La mise en oeuvre de l’accord salarial dans la fonction publique est reportée 9 mois après sa signature. A peine 1 semaine après sa présentation, les groupes parlementaires majoritaires annoncent des amendements au projet de budget de l’Etat. De même la politique économique sous-jacente aux mesures de consolidation est incohérente. Ainsi, les taux de la bonification d'impôt pour investissement sont augmentés en 2011 pour être revus à la baisse en 2013, alors que cet instrument devrait stimuler l’investissement privé. Enfin, l’introduction d’un impôt minimal pour les entreprises est contraire à une politique de promotion de l’esprit d’entreprise et de soutien des PME, en touchant de manière disproportionnée ces dernières. La Chambre des Métiers s’oppose à l’instauration d’un impôt minimal, alors qu’il pénalise davantage des PME d’ores et déjà fragilisées par de piètres résultats fi-nanciers. Le Gouvernement démontre une fois de plus sa réticence à vouloir mettre en oeuvre des réformes structurelles, d’ailleurs recommandées par le Conseil de l’Union européenne. Elles concernent notamment l’assainissement des finances publiques, le financement à long terme du régime de pensions et la formation des salaires. Si des mesures ont été prises dans les prédits domaines, et même si elles vont dans la bonne direction, elles manquent toutefois largement de mordant pour être à la hauteur des défis. La «réforme» du régime de retraites en constitue un bon exemple, puisqu’elle n’aura pour effet que de repousser de quelques années le «mur des pensions». Par conséquent, le Gouvernement ne respecte pas le principe de solidarité intergé-nérationnelle en pratiquant une politique du court terme sur le dos des générations futures. Mettre en oeuvre une politique de relance économique La Chambre des Métiers est d’avis qu’il faut entamer une politique de relance éco-nomique, notamment en simplifiant les procédures d’autorisation, une mesure sans incidence budgétaire. La table ronde annoncée par le Premier Ministre dans son discours sur l’état de la nation sera la chance ultime pour achever des progrès en la matière. En matière de politique du logement, il s’agirait de débloquer l’offre de logements en réduisant la complexité et les délais des procédures d’autorisation, de même qu’en prenant des mesures destinées à contrer la pénurie de terrains à bâtir. Une approche similaire peut être adoptée pour la réalisation d’autres investissements, comme par exemple l’implantation d’entreprises et la construction d’infrastructures publiques. Les avantages d’une telle démarche seraient multiples. Du point de vue économique, des procédures plus souples et des délais raccourcis amélioreront la compétitivité de l’économie. En augmentant l’offre immobilière ré-sidentielle, il serait possible de réduire la pression sur les salaires, générée par la hausse rapide et continue des prix du logement. Sur le plan social, une activité accrue contribuera à assurer ou développer l’emploi du secteur de la construction. De surcroît, l’accès au logement serait facilité par une meilleure maîtrise des prix. Les finances publiques sortiraient également gagnantes d’une telle démarche, alors que l’amélioration de la compétitivité et la stimulation de l’activité du secteur de la construction assureront des recettes fiscales supplémentaires. Pour de plus amples informations au sujet de l'avis de la Chambre des Métiers sur le projet de loi concernant le budget des recettes et des dépenses de l’Etat pour l’exercice 2013, n'hésitez pas à contacter Norry DONDELINGER au 42 67 67 257 ou par e-mail à
Chambre des Métiers
making-luxembourg

La Chambre des Métiers soutient l'action "Making Luxembourg"

Publié le 12 novembre 2012

La Chambre des Métiers soutient activement l'action "Making Luxembourg" qui regroupe une multitude de partenaires de la société civile* qui se rallient à l’idée que le Luxembourg se fait ensemble grâce aux résidents de toutes nationalités et aux frontaliers. Nous TOUS faisons le « 100% Lëtzebuerg ». Au lieu de chercher ce qui pourrait nous opposer, nous cherchons ce qui nous unit dans la construction économique, culturelles, sociale du Luxembourg. L’artisanat, c’est la diversité de ses collaborateurs. L'artisanat n'est pas seulement connu pour la multitude de métiers qu'il offre. L’origine des 5.000 chefs d’entreprises et des 72.000 salariés de l’artisanat est aussi diversifiée que celle de la population. Cette variété est le fait de tant de travailleurs frontaliers, résidant en France, en Allemagne et en Belgique que d’étrangers immigrés habitant le Grand-Duché. En occupant autant d’étrangers, l’artisanat constitue un, sinon le, plus important vecteur d’intégration pour la société nationale. Les travailleurs non luxembourgeois constituent aujourd’hui 85% de l’emploi artisanal contre 75% il y a vingt ans. Le logo « Making Luxembourg », adapté à celui du « Made in Luxembourg » est un clin d’œil dans la même direction. Même s’il ne faut pas surestimer les agissements de certains groupuscules ouvertement anti-étrangers, il faut néanmoins prendre au sérieux les sentiments de celles et de ceux qui se sentent mal à l’aise face à une part croissante de la population qui vient d’ailleurs, que ce soit de l’autre côté de la frontière ou de plus loin. Dans cette optique, Making Luxembourg veut créer des espaces de frottements et de discussions. Exprimez vos idées et remarques concernant le vivre ensemble, la xénophobie, le racisme,…, sur notre page facebook. Des « frequently asked questions – FAQ »  sur le site www.makingluxembourg.lu, permettent d’un côté de lire des questions et affirmations et de l’autre côté de trouver des réponses / statistiques  à ces mêmes questions. Que l’on parle de cohésion sociale, de solidarité ou encore de sentiment d’appartenance, nous sommes le 100% Luxembourg que nous voulons vivre avec tolérance et sans racisme. We make Luxembourg : Solidaritéit amplaz Rassismus ! *) citons en quelques-uns (qui ont ou vont signer sous peu la charte de partenariat): ABBL, ACA, ALOS-LDH, ASTI, ATD-Quart-Monde, CARITAS, CCRN, CEFIS, Confédération de la Communauté Portugaise à Luxembourg, Centre pour l’Egalité de Traitement, CFL, Chambre d’agriculture, Chambre de commerce, Chambre des Fonctionnaires et Employés de l’Etat, CGFP, Chambre des salariés, Chambre des métiers, Coin de Terre et du Foyer, Comité Olympique et Sportif Luxembourgeois, Croix-Rouge Luxembourgeoise, d’Lëtzebuerger Land, Editpress (tageblatt, Le Jeudi, Le Quotidien, REVUE, L’Essentiel), European Federation of Public Service Unions / Luxembourg, Fédération des Associations des Espagnols de Luxembourg, Fédération des Associations Cap-Verdiennes à Luxembourg, Fédération des Associations Africaines à Luxembourg, Fédération des Artisans, FEDIL, Fédération Luxembourgeoise de Handball, FNCTTFEL, FNEL, Fondation Alphonse Weicker, Groupe Saint-Paul, IPL, KulturFabrik, Kulturhaus Niederanven, La Vie Nouvelle, Lëtzebuerger Guiden a Scouten, LCGB, Maison d’Afrique, Mouvement écologique, Musée National de la Résistance, Domaine Thermal Mondorf, Nëmme mat eis, , Œuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte, OGBL, Réseau des Centres Culturels Régionaux Décentralisés, Sécurité routière, SYPROLUX, SNJ, Loterie nationale, Union des Entreprises Luxembourgeoises (UEL), UNEL, Union commerciale de la Ville de Luxembourg, UNIAO, Woxx, ...
marches-publics

Marchés publics : la Chambre des Métiers vous aide à établir votre révision des prix

Publié le 29 octobre 2012

Suite à l’application d’une tranche indiciaire au 1er octobre 2012, les salaires sont augmentés de 2,5%. Cette hausse des coûts salariaux pourra donner lieu à une révision des contrats conclus dans le cadre d’un marché public. En effet, le règlement grand-ducal du 3 août 2009 portant exécution de la loi du 25 juin 2009 sur les marchés publics prévoit que le contrat peut, à condition qu’il s’agisse d’une soumission à prix révisables, être adapté dans certains cas de figure, à savoir: si, depuis la remise de l’offre, des variations imprévisibles de prix ou de salaires se sont produites suite à des interventions légales ou réglementaires ; si, depuis la remise de l’offre, des fluctuations importantes et imprévisibles des prix peuvent être constatées dans les cotations officielles, les mercuriales ou les publications de prix des matières premières. Un certain nombre d’entreprises éprouve des difficultés à introduire une telle demande, soit parce qu’elles n’ont pas d’expérience en matière de marchés publics, soit parce que des contraintes temporelles les empêchent de procéder aux calculs et de remplir les formalités qui s’imposent. La Chambre des Métiers aide les entreprises à introduire une demande d’adaptation auprès des autorités compétentes et à calculer les montants auxquels l’entreprise peut prétendre. Personne de contact à la chambre des Métiers : Paul Tescher Tél : 42 67 67 – 228 e-mail :
Chambre des Métiers
journees-highlight

Journées Création et Développement d’entreprises 2012 : concrétisez votre projet d’entreprise du 13 au 28 novembre 2012

Publié le 28 octobre 2012

Les Journées Création et Développement d’entreprises permettent à tous ceux qui veulent créer, reprendre ou développer une entreprise de rencontrer toutes les structures de conseil, d'accompagnement et de financement à la création d'entreprise du 13 au 28 novembre 2012 et de faire le plein d’informations pour réaliser leur projet d’entreprise. La promotion de l’esprit d’entreprise et le soutien à la création de nouvelles entreprises font partie d’une politique de diversification des activités économiques. Le secteur des PME, avec plus de 20.000 entreprises, ne peut se développer sans que de jeunes entrepreneurs ne relèvent le défi de créer ou respectivement, de reprendre une entreprise. C'est dans ce contexte que la Chambre des Métiers et la Chambre de Commerce, sous le patronage du Ministère de l’Economie et du Commerce extérieur et du Ministère des Classes Moyennes et du Tourisme, organisent chaque année une série d’événements autour de la création, du développement et de la reprise d’entreprise. L’événement-phare des Journées Création et Développement d’entreprises sera cette année la ‘Nocturne des Guichets Uniques’, qui aura lieu le mardi 13 novembre de 17h00 à 21h00 à la Chambre des Métiers. Le principe est simple : les porteurs de projets auront la possibilité de convenir d'un rendez-vous pour discuter de leur projet d'entreprise. L’inscription est obligatoire sur le site www.journees.lu afin que l’intéressé puisse choisir sa plage horaire, exposer sa problématique et définir quel interlocuteur il souhaite rencontrer. Parmi les conseillers, on compte – entre autres - la Chambre des Métiers, la Chambre des Commerce, le Guichet Unique des PME, la Fiduciaire des PME, la Mutualité de Cautionnement et d’Aide aux Commerçants, Luxinnovation, le Ministère de l’Economie et du Commerce Extérieur et le Ministère des Classes Moyennes et du Tourisme. Parallèlement aux rendez-vous, plus d’une vingtaine de stands d’informations seront mis à disposition des visiteurs, qui permettent ainsi aux futurs créateurs ou dirigeants d’entreprises d’obtenir des informations complémentaires suite à leur rendez-vous, et de rencontrer les principaux acteurs de la création d’entreprise. Par ailleurs, de nombreuses conférences et workshops sont proposés durant ces deux semaines, couvrant des thèmes incontournables liés à la création ou au développement d’entreprise. Le programme proposé est le suivant : 13.11 à 17h00 : « Nocturne des Guichets Uniques » à la Chambre des Métiers (Org. CdM) 14.11 à 18h00 : Conférence « Comment optimiser la stratégie de son entreprise » à la Chambre de Commerce (Org, CC & Deloitte) 15.11 à 17h00 : Remise du « Prix Créateur d’entreprise dans l’artisanat 2012 » à la BGL BNP Paribas (Org. CdM) 16.11 à 12h00 : Déjeuner-débat « Transmission d’entreprise » à la Chambre des Métiers (Org. CdM & PWC) 16.11 à 16h00 : Conférence « Aides à la création d’entreprise » à la Chambre des Métiers (Org. FEALU) 16.11 à 18h00 : Table ronde « Le microcrédit pour les entreprises luxembourgeoises » à la Chambre des Métiers (Org. FEALU) 19.11 à 17h00 : Conférence « Propriété intellectuelle » à la Chambre des Métiers (Org. CdM) 20.11 à 17h00 : Conférence « Formes de financement des entreprises innovantes » à la Chambre des Métiers (Org, Luxinnovation) 21.11 à 16h00 : Conférence « Aides proposées par l’Adem » au Guichet Unique des PME à Clervaux (Org. GUPME) 21.11 à 18h30 Conférence « Pourquoi et comment vos Ressources Humaines peuvent accélérer ou entraver le développement de votre entreprise : pièges et astuces en la matière ! » à la Chambre de Commerce (Org. CC & PWC) 22.11 à 18h00 : Conférence « Transmission transfrontalière : reprendre une entreprise au-delà des frontières, une opportunité de croissance » à la Chambre de Commerce (Org. CC) 23.11 à 16h00 : Séminaire « Création d’entreprise » à la Chambre des Métiers (Org. FUSE) 27.11 à 17h00 : Conférence « Aides financières en matière d’énergie dans la Grande Région » à la Chambre des Métiers (Org. CdM) 28.11 à 18h30 : Soirée de « Présentation des Mentorés 2012 – Promotion Jacques Lanners » à la Chambre de Commerce (Org. CC) Les descriptifs détaillés des événements sont accessibles sur www.journees.lu . Les inscriptions sont obligatoires et se font également en ligne. Pour plus d’informations concernant les Journées Création et Développement d’entreprises 2012, n’hésitez pas à prendre contact avec Charles Bassing par tél. au numéro +352 42 67 67 251 ou par mail à
Chambre des Métiers
Trajet-5

CAMPAGNE « TRAJET, SECURISONS-LE ! » - Module 5

Publié le 26 octobre 2012

L’UEL, en partenariat avec l’Association d’assurance accident et forte de la participation d’acteurs nationaux, a lancé une nouvelle version de l’action « TRAJET, sécurisons-le ! » à l’occasion du 6ème Forum de la sécurité et de la santé au travail qui s'est déroulé le 24 avril 2012 à Luxexpo. Le but de la campagne est de sensibiliser les entreprises et leurs salariés à l’adoption d’un comportement responsable et préventif en circulation routière. La campagne offre 12 modules regroupant différents thèmes pouvant utilement être promus au sein des entreprises à raison d’un module par trimestre par exemple ou selon un rythme choisi par l’entreprise. Ces modules peuvent être téléchargés du site www.securite-sante.lu. Le cinquième module « Les Substances Nocives » porte sur les effets de l’alcool, des médicaments et des drogues sur la conduite. L’alcool au volant La limite  maximum fixée par la loi est de 0,5  ‰ d’alcool dans le sang. L’alcool est en cause dans de nombreux accidents et de 0,2 ‰ pour les jeunes conducteurs et les chauffeurs professionnels. Il faut savoir que le risque surgit bien avant que n’apparaisse l’état d’ébriété. Saviez-vous que … Quelle que soit la quantité d’alcool consommée, le taux maximal d’imprégnation de l’organisme est atteint une demi-heure après une absorption à jeun et une heure après une absorption au cours d’un repas. 95% de l’alcool est éliminé par le foie à raison de 0,10 à 0,15 ‰ par heure. Il n’existe pas de remède miracle pour accélérer l’élimination de l’alcool. Il ne sert à rien de prendre une douche froide, un café ou un stimulant quelconque. Tant que le foie n’a pas fini son travail, l’alcool reste présent dans le corps, notamment dans le sang et le cerveau, dont il ralentit et perturbe l’activité. Après une courte période d’excitation l’alcool engourdit le cerveau. Boire de grandes quantités d’alcool se traduit par une mauvaise coordination des mouvements, un ralentissement des réflexes et des difficultés de concentration. Quelques conseils A chaque sortie, le conducteur doit adopter le principe « Raoul » ; choisir dans le groupe un conducteur qui s’engage à ne pas boire d’alcool pour raccompagner tout le monde en sécurité. Au restaurant ou lors d’une réception, on est souvent resservi dans le même verre. Il importe donc de compter le nombre de verre bus. Lorsque quelqu’un ne veut pas ou plus boire, il importe de respecter sa décision. Loin d’être un trouble-fête, il fait preuve de responsabilité et mérite des encouragements. Boîte à outils Pour plus d’informations, effectuez un test (http://www.axa.lu/fr/prevention/securite_routiere/ethylometre.html) en ligne pour évaluer la consommation de boissons alcoolisées. La consommation de médicaments et de drogues L’usage de médicaments et de stupéfiants constitue un danger pour la conduite automobile, car leurs effets impactent directement le comportement et les réflexes du conducteur. Au cours des dernières années, on constate au Luxembourg, tout comme dans les pays voisins, une augmentation significative de la consommation de médicaments psychotropes et de certaines drogues. La probabilité que des personnes prennent le volant sous l’influence de ces substances augmente en parallèle. Ceci concerne bien sûr également les trajets entre son domicile et le lieu de travail, d’autant plus que les distances et les durées de déplacement se prolongent et se font généralement sous une contrainte temporelle, favorisant agressivité et changements comportementaux. La conduite sous l’emprise de stupéfiants constitue un délit dès que l’organisme d’une personne véhicule la présence d’une des substances dans les quantités supérieures ou égales aux seuils maxima suivants : 2 ng/ml de tetrahydrocannabinol (THC) 50 ng/ml de cocaïne 20 ng/ml d’opiacés Saviez-vous que ... Tout comme pour l’alcool, les risques liés à la consommation de médicaments ou de drogues illicites sont surtout vus dans un contexte d’imprégnation aiguë. Il, il s’avère que l’impact sur la capacité de conduire peut également être présent de manière beaucoup plus prolongée. Les effets des drogues et des médicaments peuvent varier d’une personne à l’autre et même d’une consommation à l’autre. Cela dépend du produit consommé, des caractéristiques propres à chaque personne et parfois du contexte de la consommation. Quelques conseils  Lors de toute prise médicamenteuse, il est très important de solliciter spontanément les professionnels de la santé (médecins, pharmaciens) afin d’être informé des effets potentiels de ces médicaments sur la conduite ainsi que de la durée des effets. Lire attentivement les indications sur les contenants des médicaments. Des pictogrammes spécifiques permettent de détecter beaucoup plus aisément les médicaments entraînant un risque lors de la conduite. Eviter d’avoir facilement recours à l’automédication. Tous les médicaments cachent des risques d’effets indésirables et chaque indication thérapeutique doit être bien posée en évaluant clairement le rapport bénéfice-risque. La posologie d’un médicament doit être limitée en durée et en quantité au minimum efficace. Ne pas acheter de médicaments sur internet. L’usage de plantes médicinales n’est pas non plus sans danger. Toute consommation de drogues à des fins récréatives ou à visée de dopage est à éviter. Prochain module : « La Vitesse Adaptée » Pour plus d’informations : www.trajet.lu , e-mail : Communiqué par l’UEL  
Chambre des Métiers
meilleur-apprenti01

Bernard MORITZ est le meilleur apprenti-artisan 2011

Publié le 18 octobre 2012

Le prix Rotary du meilleur apprenti qui est décerné pour la vingtième fois par le Rotary Club Esch-Bassin Minier, va cette année à Bernard MORITZ de Luxembourg qui a passé avec brio ses examens de fin d’apprentissage en 2011. Il est serrurier. La remise du prix, doté de 1.500 €, a eu lieu le 17 octobre 2012 à la Chambre des Métiers à Luxembourg par le Président du Rotary Club Esch - Bassin Minier, Monsieur Raymond SOUMER, en présence de nombreux invités, dont Madame Mady Delvaux-Stehres, Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle. Bernard MORITZ, qui est né le 27 février 1981 à Luxembourg, a fait son apprentissage pratique auprès de l’entreprise « BESENIUS Sàrl » à Mertzig et a suivi ses cours théoriques au Lycée technique de Bonnevoie à Luxembourg. Par ce prix, le Rotary Club Esch-Bassin Minier entend promouvoir auprès des jeunes des valeurs fondamentales de notre société en vue de les aider à bien se positionner pour entrer dans la vie active. Ces valeurs sont le goût nécessaire de l’effort - lequel est toujours récompensé, et ce prix du meilleur apprenti-artisan en témoigne- la prise de responsabilités et l’engagement personnel au sein de notre société. Ce prix souligne également l’importance des métiers de l’artisanat dans notre vie économique, étant le secteur le plus important en termes d’emploi et, de plus, l’un des plus dynamiques de notre économie. L’image des métiers manuels mérite absolument être revalorisée face à des métiers plus administratifs dans le secteur des services lequel a caractérisé, comme on sait, le dynamisme extraordinaire de l’économie luxembourgeoise des dernières décennies. Par diverses actions ciblées, bien adaptées et récurrentes, il convient donc d’essayer de redresser notre échelle de valeurs pour favoriser une symbiose entre des métiers soi-disant intellectuels et les métiers manuels, une symbiose nécessaire tant à l’échelle de la société que pour l’accomplissement des aspirations légitimes des individus qui la composent. Il faut donc dire et répéter aux jeunes que l’artisanat offre de très beaux métiers, pleins d’avenir et qui sont à même de leur fournir l’accomplissement autant professionnel que personnel qu’ils sont en droit d’attendre de la vie. Telle est également notre responsabilité et notre devoir d’adultes qui sommes bien établis dans la vie professionnelle. Il nous reste à souhaiter à Bernard MORITZ beaucoup de satisfaction dans son métier.
Construction 10

Conférence de presse: la nouvelle fonction de « matcher » dans l’artisanat

Publié le 16 octobre 2012

Ce matin a eu lieu une conférence de presse commune de la Chambre des Métiers, de la Chambre des Salariés et du Ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle. Le but de la conférence de presse était de présenter la nouvelle fonction de « matcher » dans l’artisanat. Depuis des années, le marché de l’apprentissage dans l’artisanat connaît un double déséquilibre, à savoir entre les aspirations des jeunes et les besoins des entreprises et entre le niveau de qualification des jeunes et le niveau de qualification demandé par les entreprises. La conséquence immédiate de ce double équilibre est que chaque année des jeunes restent sans contrat d’apprentissage et des entreprises restent sans apprenti. Pour remédier à cette situation et pour rapprocher l’offre et la demande de postes d’apprentissage, la Chambre des Métiers, la Chambre des Salariés et le Ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle ont pris une initiative commune et ont créé la fonction de « matcher » dans l’artisanat. Dans son introduction, Monsieur Roger MELMER, Directeur-adjoint de la Chambre des Salariés a esquissé le système de l’apprentissage au Luxembourg. Paul KRIER, Sous-directeur de la Chambre des Métiers a présenté le profil de la nouvelle fonc-tion de « matcher » dans l’artisanat ainsi que sa structure et ses missions. Le « matcher » dans l’artisanat est Monsieur Marcel BAUMANN qui dispose d’une longue expérience dans le domaine de la formation professionnelle en général et sur le terrain de l’apprentissage artisanal en particulier. Sa mission est la suivante : promouvoir les métiers de l’artisanat auprès des jeunes et de leurs parents, au-près des enseignants et auprès du large public ; réduire le déséquilibre entre offre et demande de postes d’apprentissage par l’acquisition des postes d’apprentissage et par la recherche de profils d’apprentis potentiels (« matching ») ; surveiller le marché de l’apprentissage et formuler des suggestions et des pro-positions aux trois partenaires (Chambre des Métiers, Chambre des Salariés et Ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle). Les trois partenaires sont convaincus qu’ils ont un intérêt commun dans le domaine de l’apprentissage et que c’est par une action concertée que se laisse progressive-ment réduire le déséquilibre sur le marché de l’apprentissage à la fois dans l’intérêt des jeunes, des entreprises et de la société dans son ensemble.
semaine-pme-scaled

Lancement de la Semaine PME : Outils essentiels de l'UE pour soutenir l'internationalisation des PME

Publié le 09 octobre 2012

L'Enterprise Europe Network Luxembourg avec le Ministère des Classes Moyennes et du Tourisme et le Ministère de l'Economie et du Commerce extérieur, ont acceuilli les entreprises intéressées à l'inauguration de la Semaine Européenne des PME 2012 le 12 octobre 2012 à la Chambre de Commerce au sujet de : « L’Internationalisation des PME : Les outils de soutien au sein de l’Union Européenne - Entrepreneurs, optez en faveur de mesures efficaces pour consolider vos finances ! » Les interventions donnaient un aperçu sur les outils essentiels mis à la disposition des PME pour consolider leur finance en présentant comment recouvrer facilement une créance non contestée; recourir à une médiation plutôt qu’à une procédure en justice; obtenir des dédommagements en cas de retard de paiement; accéder aux sources de financement soutenant des projets innovants. Les exposés étaient suivis d’un débat avec le public et les intervenants. La Semaine Européenne des PME, une initiative de la Commission Européenne, encourage l'esprit d'entreprise à travers toute l'Europe, conformément à l'initiative européenne en faveur des PME (Small Business Act). Dans cet ordre d’idées la campagne encadre des manifestations dans toute l'Europe, qui visent  la promotion des petites et moyennes entreprise en Europe, en fournissant des informations sur mesure, encourageant l'esprit et la reconnaissance des entreprises pour la contribution de leur bien commun, la mise à disposition et le maintien d'emplois, l'innovation et la compétitivité. Lire aussi Les aides européennes en faveur de la recherche et d'innovation Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen La médiation civile et commerciale Transposition de la directive 2011/7/UE en droit luxembourgeois
Construction 4

Le nouveau registre national des travaux

Publié le 27 septembre 2012

Le Registre National des Travaux constitue une mesure de simplification administrative dans le sens d’une meilleure transparence et de coordination des chantiers à proximité d’une voirie. Cet outil est le répertoire comprenant les demandes de permissions de voirie introduites par les entreprises, ainsi que les informations relatives aux travaux d’infrastructure sur la voie publique planifiés par les communes et les gestionnaires du domaine public (par exemple : réseaux de télécommunications, gaz, électricité, eau, etc.). Ces informations sont publiées dans le registre pendant une période de trente jours, ce qui permet aux entreprises de : Savoir quels travaux sont planifiés sur une parcelle de terrain sur laquelle ils projettent de réaliser des travaux Mieux coordonner les chantiers entre les différentes entreprises et gestionnaires Aboutir à une réduction par partage des coûts des travaux du génie civil à base d’une convention entre entreprises et parties intéressées Garantir les conditions les moins dommageables pour les domaines publics concernés, dans le respect de l’environnement et de la qualité esthétique des lieux En pratique, chaque demande de permission de voirie sera publiée dans le registre des travaux sur le portail www.guichet.lu. Les entreprises intéressés à participer à un chantier prévu informeront le demandeur initial et introduiront leur propre demande de permission de voirie auprès de l’administration concernée. Pour plus d’informations : www.guichet.lu
fealu

Le réseau FEALU, signataire de la Charte de la diversité

Publié le 27 septembre 2012

Parce qu’il en partage les valeurs et les ambitions, le réseau FEALU (Female Entrepreneurship Ambassadors Luxembourg) a signé la Charte de la diversité officiellement lancée le 26 septembre. Cette charte est initiée par les entreprises privées et publiques, les associations et les administrations regroupées au sein de l’IMS Luxembourg (Institut pour le Mouvement Sociétal - www.imslux.lu). Etablie au niveau national, elle a pour objectif d’inciter les entreprises à respecter et à promouvoir la diversité. Et cela en allant au-delà des obligations légales et réglementaires de non-discrimination. Pour aider les entreprises à agir concrètement, différents outils accompagnent le texte d’engagement, notamment des conférences et une plate-forme internet accessible à cette adresse: www.charte-diversite.lu Le réseau FEALU est déjà très actif en matière de promotion de la diversité au travers de ses multiples actions visant à encourager les femmes à créer leur propre entreprise mais également à faire évoluer les mentalités. En signant la Charte de la diversité, l’ensemble de ses membres réaffirme son engagement en la matière.   Le réseau FEALU Depuis deux ans, le réseau FEALU (Female Entrepreneurship Ambassadors Luxembourg) créé à l’initiative de la FFCEL (Fédération des Femmes Cheffes d’Entreprise du Luxembourg) s’attache à promouvoir l’entrepreneuriat au féminin au Luxembourg, notamment auprès des femmes en début de carrière ou en reconversion professionnelle et des étudiantes. Ses ambassadrices -toutes cheffes d’entreprise d’au moins cinq salariés et depuis cinq ans au minimum- partagent leur expérience lors de multiples opérations  comme des workshops, réunions publiques et en assurant du mentoring (accompagnement de jeunes entrepreneurs). Les six articles de la charte de la diversité : Article 1: Sensibiliser, former et impliquer les décideurs et collaborateurs aux enjeux de la diversité en tant que source d’enrichissement, d’innovation, de progrès et de cohésion sociale. Article 2: Définir une politique de  diversité et mettre en œuvre des pratiques et plans d’actions qui intègrent consciemment la gestion des différences individuelles des personnes. Article 3: Décliner les principes d’égalité des chances et de promotion de la diversité tant dans les processus de décision et de gestion de l’entreprise que dans la gestion de ses ressources humaines. Article 4: Evaluer régulièrement ces pratiques, leurs résultats et leurs effets. Article 5: Communiquer à l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise les engagements pris et les résultats concrets des actions menées. Article 6 : Encourager l’ensemble de ses partenaires à également œuvrer en faveur de la non-discrimination et de la promotion de la diversité. En partenariat avec:  BGL BNP Paribas et Georges&Associés Pour plus d'informations: http://www.keepcontact.lu/relation-presse-luxembourg/communiques-presse-ffcel
Chambre des Métiers

Foire d’Automne 2012 : l’artisanat luxembourgeois au coeur de vos projets d’avenir

Publié le 23 septembre 2012

Du 13 au 21 octobre 2012, les halls d’exposition de LuxExpo accueillent la Foire d’Automne, principale foire de la construction et de l’aménagement intérieur de la Grande Région. Lors de ce rendez-vous annuel, plus d’une centaine d’entreprises artisanales luxembourgeoises présentent les compétences locales et leur expertise en matière de construction, de rénovation et d’habitat. Le stand de la Chambre des Métiers propose cette année des conseils et des informations en matière de construction et de rénovation, de création, d’indépendance et de formation dans l’artisanat. L’artisanat luxembourgeois se donne rendez-vous à la Foire d’Automne pour y occuper une surface importante de 8000m2. Plus d’une centaine d’entreprises artisanales établies au Luxembourg rejoignent la Chambre des Métiers dans les halls 8 et 9. Cette rencontre an-nuelle connaît le même intérêt d’année en année ; les demandes de participation pour in-tégrer le stand collectif restent stables, les exposants restent fidèles à ce rendez-vous de l’artisanat. Cette participation commune - coordonnée par la Chambre des Métiers - permet de promouvoir les entreprises artisanales actives dans le domaine de la construction et de la rénovation et de regrouper les produits et services de la construction et de la rénovation sur un seul pavillon pour le confort des visiteurs. Tous les corps de métiers sont représentés : menuiserie, installations de chauffages et sa-nitaires, constructions métalliques, parachèvement et aménagement d’intérieur. Le visiteur trouvera des entreprises qui se caractérisent par l’expertise du métier, des produits de haute technologie et des services de qualité. Une centaine d’entreprises locales mettent ainsi leur compétence et leur engagement pour développer et planifier efficacement les projets d’avenir des visiteurs. Sous la campagne: « L’artisanat luxembourgeois, au coeur de vos projets d’avenir », la Chambre des Métiers souhaite mettre en lumière l’omniprésence et la place qu’occupe l’artisanat dans la vie de tous et, en l’occurrence, dans la réalisation des projets d’habitat. Pour la Chambre des Métiers, la foire d’automne est l’occasion de promotionner le savoir-faire et la qualité des entreprises artisanales luxembourgeoises et de ses exposants du hall 8 et 9 - l’opportunité de montrer la diversité de l’artisanat ainsi que son importance et son poids dans l’économie luxembourgeoise. C’est pourquoi, la Chambre des Métiers a choisi de placer au coeur de son stand, le message « L’artisanat, construit l’avenir » avec lequel elle souhaite interpeller le grand public sur ce secteur dynamique, innovateur, socialement responsable, créateur d’emplois, pilier et stabilisateur de l’économie luxembourgeoise, et donc, source d’avenir. Pour soutenir ainsi les visiteurs dans leurs projets d’avenir au sens large – qu’il s’agisse pour les uns, de la construction d’une maison ou pour d’autres, la création d’une entreprise ou la poursuite d’une carrière professionnelle dans l’artisanat - une équipe d’experts de la Chambre des Métiers propose aux visiteurs des informations et des conseils pratiques dans les démarches de construction ou de rénovation, d’énergies renouvelables, de chauf-fage ou d’habitat. S’ajoutent à cela des conseils en matière de formation pour les jeunes ou adultes, une assistance pour les créateurs d’entreprises potentiels, ainsi qu’une pano-plie d’informations sur d’autres sujets intéressant plus particulièrement les chefs d’entreprises artisanales telles que le nouveau label « Energie fir Zukunft + » ou le prochain « Prix de l’innovation dans l’artisanat 2013 ». Surfez sur le nouveau site dédié foire.cdm.lu pour plus de détails sur les exposants des halls de l’artisanat luxembourgeois, un plan détaillé et interactif des halls 8 et 9 et beau-coup d’autres informations utiles.
Energie+

Das neue Weiterbildungsprogramm Energie fir d'Zukunft+

Publié le 19 septembre 2012

Ab dem 1. Januar 2017 wird das Passivhaus in Luxemburg zum allgemeinen Baustandard. Dies erfolgt nach einer Strategie, die eine progressive Verbesserung des Wärmeschutzes und der Energieeffizienz für Wohngebäude vorsieht. Bereiten Sie sich und ihre Mitarbeiter auf diese neuen Baustandards vor! Sichern Sie sich jetzt das Wissen in Ihrem Fach, um für die anstehenden und bereits schon vorhandenen Herausforderungen optimal vorbereitet zu sein. Die Chambre des Métiers bietet in Zusammenarbeit mit der „energieagence Luxemburg“ ein neues Weiterbildungsprogramm im energiesparenden Bauen an. Ziel des Kurses zum „Zertifizierten PassivhausHandwerker“ ist es, eine hohe Qualität bei der Errichtung von Passivhäusern zu gewährleisten. Zum Nachweis der Qualifikation verleiht die Chambre des Métiers das neue Label "Energie fir d'Zukunft+", dessen Nutzung zu Werbezwecken möglich ist. Es wird in den kommenden Jahren das bestehende Label "Energie fir d'Zukunft" ersetzen. Der PassivhausHandwerkerIntensivkurs Diese praxisorientierte Weiterbildung vermittelt Mitarbeitern oder Inhabern von Handwerksbetrieben wertvolles theoretisches und praktisches Fachwissen für den Bau und die Sanierung von energieeffizienten Gebäuden. Besonders wichtig ist die gute gewerkeübergreifende Koordination und Kooperation auf dem Bau. Die Schulung besteht aus einer Grundlagenschulung, deren Inhalte in den gewerkespezifischen Schulungen „Gebäudehülle“ und „Haustechnik“ vertieft werden. Selbstverständlich darf in dieser Schulung bei den Übungen selbst Hand angelegt werden. Referenten aus der Praxis vermitteln mit Anschauungsmaterialien und speziellen Demoobjekten anwendbares Wissen. Das detaillierte Kursprogramm ist unten als Download verfügbar Der Gesamtkurs besteht für die Gewerke der Gebäudehülle (Rohbauer, Fassadenbauer, Fenstermonteur, Dachdecker, Elektriker, Verputzer…) aus einer gemeinsamen Schulung (Teil A) sowie aus einer spezifischen Schulung Teil B (Gebäudehülle). Für die Gewerke der Gebäudetechnik (Installateure) besteht der Gesamtkurs aus der gemeinsamen Schulung (Teil A) sowie aus Teil C (Haustechnik). Abgeschlossen wird der Kurs mit einer Abschlussprüfung, die international durchgeführt wird. Nach bestandener Prüfung wird den Teilnehmern das neue Label "Energie fir d'Zukunft+" von der Chambre des Métiers verliehen. Zudem erhalten die Teilnehmer das Siegel "Zertifizierter PassivhausHandwerker" vom Passivhaus Institut. Beide Labels sind in der Gültigkeit jeweils auf 5 Jahre begrenzt. Eine Verlängerung erfolgt über den Nachweis einer praktischen Tätigkeit beim Bau von Passivhausneubauten oder Sanierungen mit Passivhauskomponenten. Was bringt das Label "Energie fir d'Zukunft+" Qualitätsnachweis gegenüber Kunden Kompetenz und Sicherheit gegenüber Baubeteiligten, Bauleuten sowie Architekten und Ingenieuren Veröffentlichung Ihres Namens mit Nennung Ihres Betriebes in der Onlineliste der Chambre des Métiers (für 5 Jahre) Veröffentlichung Ihres Namens mit Nennung Ihres Betriebes in der internationalen Onlineliste des Passivhaus Institutes www.passivhaus-handwerk.de (für 5 Jahre) Aufnahme in das Passivhausnetzwerk der „energieagence“ Weitere Informationen: Passivhaus Institut Informationsbroschüre zu Energie fir d'Zukunft+, Termine und Anmeldeformular können Sie hier herunterladen!
hannover-messe-logo

Luxemburger Gemeinschaftsstand auf der Hannover Messe 2013 (23.-27.04.)

Publié le 16 août 2012

Das Ministère de l’Economie et du Commerce extérieur ruft interessierte luxemburger Betriebe zur Teilnahme am Gemeinschaftsstand auf der Hannover Messe 2013 auf. Geplant ist die gemeinschaftliche Präsenz Luxemburgs zum Thema erneuerbarer Energie. Die Teilnahme an einem Gemeinschaftsstand des Landes ermöglicht Unternehmen eine Präsentation der eigenen Produkte in einem representativen Kontext, den vereinfachten Austausch mit anderen Akteuren und eine optimale Organisation einer effektiven Messepräsenz. Die Messe findet vom 23. bis zum 27. April 2013 auf dem Messegelände der Hannover Messe statt.  Die Hannover Messe ist als Plattform 13 internationaler Leitmessen eines der wichtigsten Technologieereignisse weltweit: Industrial Automation - Internationale Leitmesse für Prozessautomation, Fertigungsautomation und Systemlösungen für Produktion und Gebäude Motion, Drive and Automation - Internationale Leitmesse für Antriebs- und Fluidtechnik Energy - Internationale Leitmesse der erneuerbaren und konventionellen Energieerzeugung, Energieversorgung, -übertragung, -verteilung und -speicherung Power Plant Technology - Internationale Leitmesse für Kraftwerksplanung, -bau, -betrieb und -instandsetzung Wind - Internationale Leitmesse der anlagen, Komponenten und Services für die Windenergie MobiliTec - Internationale Leitmesse für hybride und elektrische Antriebstechnologien, mobile Energiespeicher und alternative Mobilitätstechnologien Digital Factory - Internationale Leitmesse für integrierte Prozesse und IT-Lösungen ComVac - Internationale Leitmesse der Druckluft- und Vakuumtechnik Industrial Supply - internationale Leitmesse für industrielle Zulieferlösungen und Leichtbau CoilTechnika - Internationale Leitmesse für die Fertigung von spulen, Elektromotoren, Generatoren und Transformatoren SurfaceTechnology - Internationale leitmesse der Oberfächentechnik IndustrialGreenTec - Internationale Leitmesse für Umwelttechnologien Research & Technology - Internationale Leitmesse für Forschung, Entwicklung und Technologietransfer Melden Sie sich an und nehmen Sie an der Hannover Messe 2013 teil! Füllen Sie dafür den unten angezeigten Anmeldeformular aus.
cond-gen01

Vos conditions générales : un outil efficace pour sécuriser vos relations contractuelles (compte rendu de la conférence du 19 juin 2012)

Publié le 19 juillet 2012

La séance d’information organisée par la Chambre des Métiers le 19 juin 2012 a mobilisé les entreprises du secteur artisanal désireuses de prévoir ou de conformer leurs conditions générales avec le droit positif. M.Tom Wirion, directeur adjoint de la Chambre des Métiers, a souligné dans son mot de bienvenue que les conditions générales sont un outil efficace car elles per-mettent, non seulement, de prévoir des solutions sans qu’il soit nécessaire de de-voir les négocier, mais aussi, de régler les choses d’une manière particulière par rapport à l’application de la loi. Le défi en la matière est cependant de respecter les nombreuses obligations prévues par le code de la consommation. Il faut particulièrement veiller, dans les contrats conclus avec des consommateurs, à ce que l’équilibre des droits et des obligations de chaque partie soit préservé : toute clause entraînant un déséquilibre risque d’être déclarée « abusive » et donc sans valeur juridique. Après avoir délimité le cadre légal, et en particulier ce qu’il faut respecter pour que des « conditions générales » soient considérées comme acceptées, Maître Jean-Jacques SCHONCKERT a communiqué des informations utiles pour bien les rédiger. Parmi le minimum requis, on notera les informations suivantes : L’identité du professionnel. La description « de façon claire et compréhensible » des caractéristiques essentielles des biens/services proposés (une telle description permet également au professionnel de se conformer a son obligation légale d’information précontractuelle résultant de l’article L.111-1 du code de la consommation). Le prix, le mode de calcul, l’existence d’un avantage spécifique. Les délais de paiement. Les droits du consommateur et en particulier la garantie légale de 2 ans. Il faut souligner que si vous prévoyez une garantie commerciale, il faut aussi indiquer la durée de la garan-tie légale. Les délais de livraison du bien en cas vente, respectivement la durée du contrat en cas de prestation de service. Afin de sécuriser les relations contractuelles, Maître Jean-Jacques SCHONCKERT a ensuite présenté des outils qu’il conseille de prévoir (ci-après : les « clauses sécurités »). News de la conférence du 19.06.2012 sur les « Conditions générales » 2 Les clauses « sécurités » Fixer des échéances de paiement très claires et prévoir la suspension des obligations en cas de non-paiement ou retard de paiement. Préciser les modalités de la garantie légale conformément à l’article L.212-5 du code de la consommation (réparation ou remplacement). Le choix du mode de règlement des litiges. En particulier une clause de médiation peut être prévue. Pour plus d’informations sur la médiation : www.cmcc.lu. La combinaison d’une garantie commerciale avec la garantie légale. Les possibilités de variation du prix ; cette clause devant cependant prévoir en contrepartie un droit de résiliation en faveur du consommateur, sinon elle est abusive (art.211-3 du code de la consommation). Finalement, Maître Jean-Jacques SCHONCKERT a clarifié les règles concernant les clauses utiles les plus utilisées qui permettent également de sécuriser au maximum les relations contractuelles. Les clauses utiles La « clause pénale » qui prévoit un montant forfaitaire de dommages-intérêts en cas d’inexécution. La clause qui prévoit la suspension des obligations du professionnel en cas d’inexécution des obligations par le consommateur. La clause de « réserve de propriété » peut être utile dans les relations entre professionnels, notamment en cas de faillite (art.567-1 du code de commerce), mais pas en droit de la consommation. La clause de résolution du contrat par le commerçant en cas d’inexécution est utile car, à défaut d’une telle clause, la résolution doit être demandée en justice (article 1184 du code civil). La clause relative aux intérêts légaux en cas de retard de paiement : il est utile de souligner qu’un « dédommagement raisonnable » peut être prévu pour se faire rembourser les frais de recouvrement. A la suite des nombreuses questions qui ont été posées à Maître Jean-Jacques SCHONCKERT, il ressort que le domaine des conditions générales est technique et qu’il est fortement conseillé de s’entourer d’un avocat pour les rédiger ou les adapter à l’évolution du droit et de l’entreprise. Plus d’informations sont également disponibles sur les liens suivants : Pour une explication du code de la consommation, veuillez vous reporter sur le site du ministère de l’économie et du commerce extérieur : www.eco.public.lu. Pour des fiches thématiques sur le droit applicable, vous pouvez consulter les Cahiers juridiques disponibles sur le site de la Chambre des Métiers, en particulier le cahier juridique 1 : « Droit des contrats », et le cahier juridique 3 : « Droit de la consommation » : www.cdm.lu.
Chambre des Métiers
woman2-scaled

Participation des femmes aux conseils d’administration des entreprises : leurre ou réalité ?

Publié le 27 juin 2012

L’UEL a pris part récemment à la consultation « Gender imbalance in corporate boards in the EU » lancée par la Commission européenne afin d’évaluer si une action communautaire serait opportune en vue d’augmenter la participation des femmes dans le processus de décision économique, et plus particulièrement au sein des conseils d’administration des sociétés cotées en bourse. Si l’UEL soutient l’idée de renforcer le rôle des femmes dans les fonctions décisionnelles des entreprises, elle estime qu’il ne serait pas opportun d’agir par voie contraignante. L’instauration de quotas par exemple serait, aux yeux de l’UEL, contreproductive. Cette approche serait peu valorisante pour les femmes puisqu’elles obtiendraient des mandats du fait de leur appartenance à la gente féminine et non pour leurs aptitudes à remplir ces fonctions. Elle conduirait également à une présence artificielle des femmes dans certaines entreprises, notamment dans des secteurs où les femmes sont actuellement peu présentes car moins intéressées par ces domaines. Que dire par ailleurs des entreprises familiales, transmises de génération en génération, qui, pour remplir des exigences de quotas, devraient s’ouvrir à des personnes externes à l’entreprise ? Sans oublier les grandes entreprises dont l’actionnariat, parfois situé à l’étranger, est souvent difficile à identifier, et auquel il faudrait en quelque sorte imposer de nommer des femmes comme membres du conseil d’administration. Dans un tel régime, la nomination de « femmes de paille » ne serait d’ailleurs pas à exclure, que du contraire. L’UEL estime qu’il convient plutôt de privilégier une approche par voie de sensibilisation pour augmenter la participation des femmes au sein des conseils d’administration. Promouvoir l’autorégulation par les professionnels constitue à cet égard une piste intéressante. En effet, l’autorégulation, en pleine expansion actuellement au Luxembourg en matière de diversité et de mixité au travail, témoigne à la fois d’une prise de conscience des déséquilibres existants et d’une volonté de remédier à cet état des choses par les acteurs directement concernés. Une fois les entreprises sensibilisées, il leur appartient ensuite de se doter elles-mêmes, le cas échéant, d’objectifs chiffrés en prenant notamment en compte leur propre culture d’entreprise, les contraintes sectorielles et le degré de féminisation du secteur. Les milieux économiques ont certes une part de responsabilité pour augmenter la participation des femmes aux conseils d’administration dans les entreprises et une certaine marge de manœuvre pour agir en ce sens. Ils ne disposent toutefois pas seuls des clés pour améliorer la situation actuelle. L’UEL estime qu’il est nécessaire d’agir plus en amont et de continuer à promouvoir la place des femmes dans le monde du travail en général, les femmes étant encore trop souvent victimes de préjugés ancestraux sur leur rôle dans la société ou encore de leur propre retenue en termes de revendications au niveau professionnel. En sus des efforts à fournir pour changer les mentalités, il est essentiel de créer un environnement propice pour permettre aux femmes de prendre pleinement leur place au sein des entreprises en créant par exemple davantage de structures pour accueillir les enfants et en incitant les pères à s’impliquer davantage dans leur éducation. Seule une action globale à différents niveaux permettra aux femmes d’accéder plus facilement, mais au même titre que les hommes, aux mandats de membre de conseil d’administration des entreprises. La position de l’UEL concernant la consultation  « Gender imbalance in corporate boards in the EU » est disponible sur le site www.uel.lu sous la rubrique « Prises de position » en date du 23 mai 2012. UEL, le 26 juin 2012 L’UEL regroupe les organisations suivantes : Association des Banques et Banquiers, Luxembourg • Association des Compagnies d’Assurances • Chambre de Commerce du Grand-Duché de Luxembourg • Chambre des Métiers du Grand-Duché de Luxembourg • Confédération Luxembourgeoise du Commerce • Fédération des Artisans • Fedil – Business Federation Luxembourg • Fédération Nationale des Hôteliers, Restaurateurs et Cafetiers
woman-scaled

La BIL lance la 7e édition du prix Woman Business Manager of the Year

Publié le 27 juin 2012

A travers l’édition 2012 du ‘Woman Business Manager of the Year Award’ la Banque Internationale à Luxembourg (BIL) souhaite une fois de plus révéler des femmes de talent. Les dossiers de candidatures devront être envoyés par courrier électronique avant le lundi 15 octobre 2012. Cette année, toute femme cadre dirigeante ou cheffe d'entreprise ayant contribué au développement d’une entreprise implantée au Luxembourg pourra participer au concours organisé la BIL, en collaboration avec PricewaterhouseCoopers et le media partner paperJam. Le ‘Woman Business Manager of the Year Award’ est soutenu par la Chambre de Commerce, la Chambre des Métiers, le Ministère de l’Economie et du Commerce extérieur, le Ministère de l’Égalité des chances, le Ministère des Classes moyennes et du Tourisme, la Fédération des Femmes Cheffes d'Entreprises du Luxembourg ainsi que l’association Femmes Leaders Luxembourg qui soutient pour la première fois le concours. Le jury récompensera la qualité mais également l’originalité des parcours professionnels des candidates. Les dossiers de candidatures devront être envoyés par courrier électronique avant le 15 octobre. Pour plus d’informations, les participantes pourront contacter la BIL par téléphone au 4590-5333 ou par e-mail () ou surfer sur www.bil.com.
Chambre des Métiers
remise03

Remise de médailles à la Chambre des Métiers - Madame la Ministre Françoise Hetto-Gaasch décorée de l'Insigne de l'Artisanat en Or

Publié le 27 juin 2012

En date du 21 juin dernier, 32 personnes du secteur de l'artisanat ont reçu des mains de Madame Françoise Hetto-Gaasch, Ministre des Classes moyennes et du Tourisme, une médaille dans les ordres nationaux pour leur engagement envers le secteur de l'artisanat. A la même occasion, le Président de la Chambre des Métiers, Monsieur Roland Kuhn, a remis l'Insigne de l'Artisanat en Or resp. en Argent à 20 personnes méritantes, dont Madame la Ministre Françoise Hetto-Gaasch, décorée de l'Insigne de l'Artisanat en Or.   Liste des décorés dans les ordres nationaux de la Promotion 2012 du secteur de l’artisanat Officier de l’Ordre de la Couronne de Chêne Monsieur François DOSTERT Vice-Président de la Fédération des Entreprises des Métiers du Métal, Walferdange Monsieur Jos. MOUSEL Vice-Président de la Chambre des Métiers, Gilsdorf Officier de l’Ordre de Mérite Monsieur Jean-Claude BAULESCH Membre de l’Assemblée Plénière de la Chambre des Métiers, Luxembourg Monsieur Paul KRIER Sous-Directeur de la Chambre des Métiers, Helmsange Monsieur Georges SCHABER Secrétaire Général de la Fédération nationale des Patrons Bouchers-Charcutiers, Mamer Monsieur Henri WAGENER Président de la Fédération des Patrons Boulangers-Pâtissiers, Differdange Chevalier de l’Ordre de la Couronne de Chêne Monsieur Claude BLEY Vice-Président de la Fédération des Maîtres Opticiens et Optométristes, Wiltz Monsieur Victor FISCHBACH Président de la Fédération des Photographes Professionnels, Luxembourg Monsieur Patrick KOEHNEN Directeur adjoint de la Fédération des Artisans, Sanem Monsieur Christian MAROLDT Vice-Président de la Fédération des Entreprises de Carrelages, Luxembourg Monsieur Jean-Marie MILLER Trésorier de la Fédération des Maîtres Couvreurs, Bascharage Monsieur Georges NESSER Président de la Fédération des Entreprises de Carrelages, Remich Monsieur Tom OBERWEIS Président de la Fédération des Patrons Pâtissiers-Chocolatiers-Confiseurs et Glaciers, Luxembourg Monsieur Jean-Marie OSWALD Président de la Fédération nationale des Patrons Bouchers-Charcutiers, Luxembourg Monsieur Romain SIEBENALLER Président de la Fédération des Entreprises du Machinisme Agricole et Industriel, Roost Monsieur Robert STOLL Président du Groupement des Importateurs et Réparateurs de Matériel d’Entreprises de Construction, Leudelange Monsieur Gilbert THEIN Trésorier de la Fédération Luxembourgeoise des Entreprises de Construction et de Génie Civil, Esch/Alzette Monsieur Francis WEISGERBER Membre du Comité de la Section « Chauffage » de la Fédération des Installateurs en Equipements Sanitaires et Climatiques, Esch/Alzette Chevalier de l’Ordre de Mérite Monsieur Jean-Claude ARENS Secrétaire Général de la Fédération des Patrons Pâtissiers-Chocolatiers-Confiseurs et Glaciers, Strassen Monsieur Raymond BODEN Vice-Président de la Fédération des Patrons Bottiers-Orthopédistes et Cordonniers, Luxembourg Madame Sylvie HAMUS Présidente de la Confédération des Créateurs de l’Habillement, Diekirch Monsieur Marco LAUX Membre du Comité de la Chambre des Métiers, Luxembourg Madame Jeannette MULLER Conseiller économique auprès de la Chambre des Métiers, Schrassig Monsieur Daniel SCHROEDER Chef du Service Formation initiale/Examen Brevet de Maîtrise de la Chambre des Métiers, Fouhren Monsieur Jean TESCH Vice-Président de la Fédération des Photographes Professionnels, Vichten Médaille en Vermeil de l’Ordre de la Couronne de Chêne Monsieur Paul EISCHEN Secrétaire Général de la Fédération des Maîtres Traiteurs, Capellen Monsieur Jean-Marie FERBER Membre du Comité de la Fédération des Patrons Coiffeurs, Bascharage Monsieur Michel GLAESENER Secrétaire Général de la Fédération des Patrons Ramoneurs et Ramoneurs-Fumistes, Rédange/Attert Madame Milly MERTEN-STEFFES Vice-Présidente de la Fédération des Exploitants de Stations-Service, Bollendorf-Pont Monsieur Yves ORIGER Membre du Comité de la Fédération des Entreprises des Métiers du Métal, Grevenmacher Monsieur Marc SCHMIT Membre du Comité de la Fédération des Photographes Professionnels, Keispelt Monsieur Klaus THEISSEN Vice-Président de la Fédération Luxembourgeoise des Nettoyeurs et Blanchisseurs, Wemperhardt Insignes de l’Artisanat conférés en 2012 Insigne de l’Artisanat en Or Madame Françoise HETTO-GAASCH Ministre des Classes Moyennes et du Tourisme, Luxembourg Monsieur Lucien JACUZZI Membre de la Commission d'examen de maîtrise dans le métier de maçon, Bridel Monsieur Claude SCHREIBER Président de la Fédération des Installateurs en Equipements Sanitaires et Climatiques, Pétange Monsieur Robert STOLL Président du Groupement des Importateurs et Réparateurs de Matériel d'Entreprises de Construction,n Leudelange Monsieur Claude THIBEAU Président de la Fédération des Maîtres Tapissiers-Décorateurs, Diekirch Insigne de l’artisanat en Argent Monsieur Thierry DICHTER Membre du Comité de la Fédération des Photographes Professionnels, Diekirch Monsieur Thomas GELHAUSEN Membre du Comité de la Fédération des Maîtres Marbriers, Sculpteurs et Tailleurs de Pierres, Grevenmacher Monsieur Fernand HILBERT Membre du Comité de la Fédération des Entreprises Luxembourgeoises de Construction et de Génie Civil, Steinfort Monsieur François MOSAR Membre du Comité de la Fédération des Maîtres Marbriers, Sculpteurs et Tailleurs de Pierres, Differdange Monsieur Mario MUTSCH Membre du Comité de la Fédération des Maîtres Couvreurs, Troisvierges Monsieur Georges SCHAEFFER Secrétaire Général de la Fédération des Exploitants de Stations-Service, Luxembourg Madame Michèle TARTARE- BREVIERE Membre du Comité de la Fédération Luxembourgeoise des Entreprises de Nettoyage de Bâtiments, Bertrange Madame Muriel FISCHER Membre de la Commission d'examen de maîtrise dans le métier de couturier, Moersdorf Monsieur Joseph GRÜNEISEN Membre de la Commission d'examen de maîtrise dans le métier d'instructeur de natation, Mondercange Monsieur Carlo LIMPACH Membre de la Commission d'examen de maîtrise dans le métier de sérigraphe, Mondercange Monsieur Gaston PAQUET Membre de la Commission d'examen de maîtrise dans le métier de fabricant poseur de volets, de jalousies, de marquises et de stores, Differdange Monsieur Patrick WALLHEIMER Membre de la Commission d'examen de maîtrise dans le métier d'instructeur de conducteurs de véhicules automoteurs, Kayl Monsieur Jean-Claude WAUTERS Président de la Commission d'examen de maîtrise dans le métier d'entrepreneur d'isolations thermiques, acoustiques et d'étanchéité, Luxembourg Monsieur Hubert AHLES Chargé de cours dans le cadre des cours préparatoires à l'examen de maîtrise, Beringen Madame Katia DEL PIZZO Chargée de cours dans le cadre des cours préparatoires à l'examen de maîtrise, Huncherange
Chambre des Métiers

Energiepolitik : Den richtigen anstatt den leichten Weg gehen

Publié le 27 juin 2012

Pressemitteilung der Chambre des Métiers und der Fédération des Artisans Das Handwerk kann die geplante Marschrichtung der Luxemburger Regierung im Kontext der Energieeffizienzrichtlinie nicht nachvollziehen. Entgegen ihrer Zusage, öffentliche Gebäude im Rahmen eines Mehrjahresplanes energetisch zu sanieren, will laut Aussagen des Berichterstatters des Europaparlamentes Claude Turmes die Regierung nun die Geldmittel in ein Effizienzfonds fließen lassen, der europaweit Projekte finanziell unterstützen soll, um so den energiepolitischen Verpflichtungen der Direktive nachzukommen. Die Regierung argumentiert, dass sanierungsbedingte Delokalisationen einzelner Verwaltungen mit einem zu hohen energetischen Aufwand verbunden wären, und dass Investitionen in die energetische Sanierung in der jetzigen angespannten Haushaltslage ein falsches Signal senden würden. Das Handwerk hält diesen Entschluss für wirtschaftspolitisch, beschäftigungspolitisch und im Sinn einer kohärenten und glaubhaften Energie- und Umweltpolitik für falsch, umso mehr er auf einer sehr fadenscheinigen Begründung beruht. Der Zentralstaat besitzt 1.500 Gebäude mit einer Fläche von rund 3,5 Millionen m2. Stützt man sich auf die bisherigen Aussagen der Regierung, sie wolle jährlich 3 Prozent ihres Bestandes energetisch sanieren, müsste dies logistisch ohne weiteres möglich sein und stellt eher organisatorische als energetische Anforderungen. Dass gerade eine Investition in die Energieeffizienz eine untragbare Belastung für den Staatshaushalt darstellen würde, kann das Handwerk ebenfalls nicht nachvollziehen, dies umso mehr, als die Regierung mit dem Beispiel Hochhaus auf Kirchberg eindrucksvoll dokumentiert hat, dass es eben auch anders geht. Indem die Regierung in die energetische Sanierung ihres Gebäudeparks investiert, investiert sie auf  Luxemburger Territorium in Zukunftstechnologien, in Zukunftsjobs, in die regionale mittelständische Wirtschaft, generiert gleichzeitig Steuereinahmen, senkt die Betriebskosten und zeigt, dass sie es mit der energetischen Wende ernst meint. Das Handwerk versteht nicht, wie die Regierung gleichzeitig für „Green Jobs“ und „Green Economy“ als Schlüsselelement der berufspolitischen Dynamisierung und der wirtschaftlichen Diversifikation plädieren kann, um dann bei der ersten Chance, diesen Lippenbekenntnissen auch konkrete Taten folgen zu lassen, einen so spektakulären Rückzieher machet. Das Handwerk appelliert an die Regierung, die Energiepolitik in all ihren Formen als Instrument zur wirtschaftlichen Dynamisierung des Landes zu nutzen, anstatt sich mit Steuergeldern im Ausland von europäischen Verpflichtungen freizukaufen. Das ist vielleicht nicht der leichteste Weg, aber in den Augen des Handwerks mit Sicherheit der richtige Weg, was Wirtschaftsstandort, Arbeitsplätze, Umwelt und  Glaubwürdigkeit dieser Regierung anbelangt. Fédération des Artisans  / Chambre des Métiers 14.06.2012
Maître Christian Jungers

Alcool et drogues au travail - Interview avec Maître Christian JUNGERS

Publié le 29 mai 2012

En date du 27 mars 2012, Maître Christian JUNGERS, avocat à la Cour et Partner au sein du Cabinet KLEYR GRASSO ASSOCIES a présenté dans les locaux de la Chambre des Métiers une conférence relative à la problématique de la gestion et de la consommation de drogues et d'alcool sur le lieu de travail. Le nombre important de participants a prouvé qu'il s'agit d'une problématique intéressante : un quart des accidents de travail sont dus à l'alcool, les absences de travail sont trois à quatre fois plus fréquentes chez les alcooliques et un salarié sur dix boit quotidiennement de l'alcool au travail. Nous avons saisi cette occasion pour poser quelques questions à Maître JUNGERS:   Quelle est la base légale en la matière ? La consommation de l’alcool au travail n’est pas interdite par le code du travail. Par contre l’article L.312-1 du code du travail précise que l’employeur est obligé d’assurer la sécurité et la santé des salariés dans tous les aspects liés au travail. L’employeur doit éviter les risques en combattant ceux-ci à la source et en donnant les instructions appropriées aux salariés. Comme l’employeur doit prendre les précautions nécessaires pour éviter d’engager sa responsabilité, il a de l’autre côté un droit d’interdiction et pourra dans le cadre d’un contrat de travail ou dans le cadre d’un règlement intérieur interdire toute consommation d’alcool sur le lieu de travail. D’un autre côté, chaque salarié doit prendre soin de sa sécurité et de sa santé ainsi que de celle des autres. Une première conclusion à retenir est dès lors que chaque employeur devrait imposer une règlementation en la matière et réagir en accord avec cette règlementation. Qu’est-ce que vous visez par ceci ? Il n’est pas logique d’interdire la consommation d’alcool au travail si l’employeur organise ou tolère des pots d’anniversaire, des pots d’arrivée / départ pendant les horaires de travail et dans ses locaux. Quels sont les pouvoirs de précaution de l’employeur ? Je conseille aux employeurs d’adopter des règlements d’ordre intérieur interdisant l’alcool au travail. Il faut cependant, pour que le règlement intérieur ait autorité, d’être en mesure de prouver que le salarié ait eu connaissance de ce règlement. Cette exigence est cependant simple à remplir en publiant le règlement interne à une place bien fréquentée de l’entreprise ou (de préférence) en faisant signer le règlement interne par les salariés. Est-ce que vous avez des clauses à recommander ? Les clauses suivantes pourraient effectivement être insérées dans les contrats de travail : "Pour des raisons de santé et de sécurité du personnel, il est interdit aux salariés de consommer de l’alcool sur le lieu de travail ainsi que d’apparaître sur son poste de travail sous l’influence d’alcool". "Le salarié reconnait avoir reçu le règlement de travail de la société et s’engage à le respecter ; les dispositions du règlement de travail font partie intégrante du présent contrat. Le salarié s’engage à se renseigner régulièrement sur l’intranet de la société sur les éventuels changements du règlement de travail de la société". Comment faut-il agir au moment de la survenance ? Si le salarié se trouve sous l’influence d’alcool ou de drogues, il est recommandé à l’employeur de se faire accompagner par un représentant du personnel ou par tout autre témoin, comme par exemple le travailleur désigné. En aucun cas l’employeur ne peut permettre à son salarié de rentrer chez lui en utilisant une voiture (que ce soit une voiture de service ou une voiture privée). En cas d’ivresse prononcée, l’employeur pourra avoir recours à un médecin. Est-ce que des tests d’alcool sont permis ? Les tests d’alcoolémie sont le seul moyen pour prouver, sans aucun doute, la consommation d’alcool et l’état d’ivresse du salarié. Ce test peut avoir 3 formes différentes : prise de sang, prise d’urine et examen respiratoire. Comme la prise de sang et le test d’urine nécessitent l’intervention d’un médecin, le test d’haleine est le seul test qui ne porte pas atteinte à l’intégrité physique du salarié en question et qui est donc le seul test qui ne nécessite pas l’accord du salarié. Si un salarié refuse un test respiratoire, il est alors permis à l’employeur de tirer les conséquences du refus de faire ce test. A nouveau il est intéressant de prévoir dans le contrat de travail une clause permettant à l’employeur de procéder à un tel test de dépistage. Quelles sont les sanctions qu’un employeur pourrait prononcer le cas échéant ? A côté des mesures de prévention, différentes sanctions sont possibles : l’avertissement, une diminution de prime / de bonus ou la perte de l’usage de la voiture de service par exemple. Un licenciement est également envisageable s’il est basé sur des motifs réels et sérieux. Ainsi, il a été jugé que la consommation d’alcool, dès lors qu’il s’agit d’un fait isolé et que l’employeur n’a invoqué aucune conséquence éventuelle de la consommation d’alcool, tel que la mauvaise qualité de travail, l’ébriété du salarié ou son comportement perturbateur, n’est pas de nature à rendre toute relation de travail impossible. Mais si la consommation d’alcool est de nature répétitive et s’exprime par des signes extérieurs, tel que le comportement perturbateur, l’état d’ébriété ou la mauvaise qualité de travail fourni, elle devrait constituer un motif justifiant un licenciement. La jurisprudence change radicalement de point de vue si le salarié occupe un poste à risque ou s’il s’agit d’un chauffeur professionnel alors que dans un tel cas de figure la jurisprudence retient la faute grave. Un arrêt du 17 novembre 2011 résume parfaitement la situation actuelle de la jurisprudence : la "Cour tient à rappeler que si la situation idéale voudrait que l’alcool soit totalement exclu du monde du travail principalement pour des raisons de sécurité des travailleurs et des tierces personnes ainsi que pour des raisons d’efficiences au travail, force est cependant de retenir que la consommation d’alcool sur le lieu de travail ne constitue une faute grave que dans certaines circonstances données appréciées au cas par cas par les juridictions. Eu égard à ces principes, il ne suffit partant pas de reprocher, comme le fait le société appelante, au salarié une consommation d’alcool pendant les heures de service sans les moindres détails quant à la fréquence de cette consommation et aux quantités consommées ainsi et surtout quant aux conséquences sur le travail presté par le salarié et le risque qu’il a fait courir au client de l’employeur ou à d’autres salariés présents". La Cour a dès lors déclaré abusif le licenciement en question. L’arrêt poursuit cependant qu’il "en aurait été autrement par exemple si le salarié avait conduit un véhicule de l’employeur en état d’ivresse et avait provoqué un accident de la circulation avec endommagement du véhicule". En ce qui concerne la consommation de drogues au travail, les juges font un raisonnement plus sévère et adoptent une politique de tolérance zéro. Il existe plusieurs jurisprudences qui justifient un licenciement pour faute grave pour consommation de drogues au lieu de travail sans que les juges aient recherché si la qualité du travail fourni ait baissée ou si un risque serait survenu pour des tierces personnes. Regardez les images de la conférence en cliquant ici! Pour contacter Maître Christian Jungers: Tél.: 22 73 30 - 760
Chambre des Métiers
namur

Visite de l'entreprise Namur

Publié le 08 mai 2012

Récemment, le service „Contact Entreprise“ de la Chambre des Métiers a su prendre « contact » avec la maison Namur qui compte parmi les plus renommés de ses ressortissants. En effet, lors d’une visite guidée de leurs nouvelles localités à Hamm, Monsieur Jean-Paul Nickels et son fils Max ont su persuader les collaborateurs de la Chambre des Métiers de l’importance capitale que revêt le contact direct avec les entreprises pour vraiment apprécier les réalités du terrain et comprendre leurs doléances respectives. La confiserie Namur qui pour l’instant gère 7 magasins sur des sites différents et travaille avec 170 personnes a transféré en 2007 sa production de la Kalchesbréck dans la zone industrielle à Hamm où elle réalise la totalité de sa production pour ses différents points de vente. Lesdites localités ont été planifiées selon les critères les plus modernes et les normes les plus strictes au niveau de la sécurité alimentaire, de façon à ce que les différentes fabrications fassent preuve d’une qualité exceptionnelle et irréprochable. Les explications et commentaires de Monsieur Nickels ont reflété un savoir-faire transmis depuis des générations (l’entreprise travaille en 6ième génération) et la dégustation des différents chocolats et pralines a convaincu les visiteurs de l’importance et de l’étendue d’une qualité haut de gamme des ingrédients primaires. La portée de cette qualité pour la fabrication des confiseries de tradition était encore accentuée par le fait de goûter les fameuses noisettes du Piémont. A côté d’une production haut de gamme, le site de la maison Namur à Hamm, offre à sa clientèle également un accueil haut de gamme. Des possibilités multiples pour des réceptions, mariages, évènements commerciaux et présentations sont proposées dans des salles différentes réalisées avec raffinement et soins. Un restaurant, ouvert pendant le temps de midi, propose un menu du jour ainsi qu’une carte diversifiée de plats de saison et bien sûr de pâtisseries exquises. Depuis 2008 d’ailleurs, l’entreprise Namur s’est installée avec un salon de consommation et un magasin à Metz. Bien que la clientèle française préfère les pâtisseries à la pièce vis-à-vis des tartes et gâteaux entiers, le succès ne s’est pas fait attendre et le salon se voit rempli tous les jours. Reste à signaler la dernière innovation de l’entreprise Namur et qui concerne notamment l’intégration d’un tout nouveau canal de distribution. En effet, une coopération avec les supermarchés Cactus permettra dorénavant aux clients de Namur de bénéficier lors de leurs courses d’un choix de glaces de qualité artisanale. La dégustation du fameux « Mont Blanc » de chez Namur a finalement clôturé ce contact savoureux !
Chambre des Métiers
nouveau-site-cdm

Nouveau cdm.lu en ligne!

Publié le 26 avril 2012

Nouveaux contenus, nouvelle navigation, nouvelle interface, nouveau design, le nouveau portail de la Chambre des Métiers www.cdm.lu propose une source d’informations et une multitude de nouvelles fonctionnalités à consulter sans modération. En effet, la refonte du site Internet a été motivée par la volonté de fournir un outil d’information complet avec une structuration claire et une navigation intuitive, s’inscrivant dans l’optique et la logique de l’internaute tout en lui proposant le confort de nouvelles fonctionnalités interactives. La communication web de la Chambre des Métiers s’est accordée un important lifting. Le nouveau portail a donc été conçu selon la logique et les requêtes des ses internautes. Quatre grandes rubriques répertorient les sujets d’intérêts des cibles de la Chambre des Métiers : « Mon entreprise » propose ainsi des contenus et des informations pratiques pour les patrons et décideurs d’entreprises, « Ma création d’entreprise » cible les besoins d’informations des futurs créateurs d’entreprises, « Mon apprentissage & brevet de maîtrise » informe les jeunes gens en matière d’apprentissage ou de brevet de maîtrise, et enfin « Ma formation continue » répond aux entreprises et aux personnes actives en quête de formation continue pour leur développement personnel et professionnel. Côté contenu, celui-ci a été entièrement retravaillé pour devenir précis, compréhensible, court et clair. Les informations disponibles sur les différentes pages sont désormais structurées par thèmes : les visiteurs retrouvent plus rapidement les sujets qui les intéressent, ainsi qu’une multitude de liens utiles, documents ou autres publications téléchargeables qui lui permettent d’approfondir le sujet. Le cœur du site est bien évidemment la page « Home » qui propose toute l’actualité de la Chambre des Métiers. Une meilleure mise en évidence de l’actualité est proposée ainsi que la possibilité pour l’internaute de naviguer par catégories de news et de consulter les sujets qui le touchent plus directement. Un soin particulier a été donné à la qualité du contenu et à l’optimisation de la lecture des informations proposées. Parmi les outils pratiques, l’utilisateur retrouve l’agenda des événements dans lequel il est possible de filtrer les manifestations selon le type d’événement et pour certains de s’inscrire directement en ligne. Le moteur de recherche « bourse d’entreprises » permet aux repreneurs et aux cédants d’entreprises de se retrouver et le moteur de recherche « entreprises actives dans les énergies renouvelables » permet de recenser et de rechercher les entreprises actives dans le domaine et/ou qui portent le label de qualité Energie fir d’Zukunft. L’une des nouveautés majeures du nouveau portail est sans aucun doute la possibilité pour l’internaute de naviguer dans le catalogue des formations proposées par la Chambre des Métiers. Il pourra consulter toute l’offre de cours techniques et de gestion et obtenir ainsi un aperçu détaillé de chaque cours. En fonction de son objectif, le visiteur pourra consulter son programme et ses contenus, les groupes cibles, les dates, horaires, lieux etc. et procéder ainsi à son inscription en ligne. Constamment actualisé, le catalogue des cours de formation continue permet de consulter et de s’inscrire à pas moins de 300 formations. Par ailleurs, la médiathèque regroupe tous les documents, vidéos ou galeries photos que la Chambre des Métiers souhaite mettre à disposition de ses visiteurs. Les avis rendus au sujet des règlements et projets de loi, une des principales missions de la Chambre des Métiers, sont aussi directement consultables en ligne. Grâce à ce nouveau portail, la Chambre des Métiers permet un contact plus direct et aisé avec ses publics cibles. Les utilisateurs peuvent faire usage de la fonction de partage des contenus et placer ainsi des liens sur leurs comptes Facebook et Twitter. Afin de rester informé en temps réel, il est également possible de s’abonner à un flux RSS, et bien sûr à la newsletter mensuelle qui a également été totalement revue et relookée. Le nouveau portail qui a été conçu de façon extensible et modulable pour accompagner les tendances du web d’aujourd’hui et de demain et devrait recevoir de nouvelles fonctionnalités supplémentaires à moyen et long terme.
Chambre des Métiers

Bourse de contacts EEN lors des Greater Region Business Days 2012

Publié le 15 avril 2012

Bourse de contacts EEN lors des GR Business Days au Luxembourg Trouvez votre partenaire d'affaires idéal dans la Grande Région! La première édition du salon b2b GR Business Days se déroulera les 13 et 14 juin 2012 à Luxembourg. Ce nouvel évènement proposera une bourse de contacts EEN. La Bourse de Contacts, qui est l’un des piliers du salon, vous offrira l’opportunité de trouver votre partenaire d’affaires en provenance de la Grande Région ou d’un grand nombre d’autres pays membres de l’UE dans un seul lieu de rencontre ! Comment ça marche? Enregistrez en ligne le profil de votre entreprise sur www.b2faironline.com/gr-businessdays2012 et définissez votre profil de coopération. Dès validation, votre profil sera publié dans le catalogue en ligne et vous recevrez vos codes d’accès pour pouvoir prendre vos rendez-vous. Frais de participation : Exposants : La participation à la Bourse de Contacts EEN est incluse dans les formules proposées aux exposants du salon GR Business Days. Visiteurs : Premier représentant de l’entreprise : 175,00 € Participant(s) supplémentaire(s) : 75,00 € par personne Offre Early Bird : pour les inscriptions avant le 15 avril 2012 Premier représentant de l’entreprise : 100,00 € Participant(s) supplémentaire(s) : 50,00 € par personne Pour plus d'infos: www.b2faironline.com/gr-businessdays2012 Retrouvez cet événement dans notre agenda
  Haut de page