Contenu actualisé le 18.02.2016

News

Communiqués de presse
Mettis

AVIS CdM: Halte au Tram!

Publié le 01 avril 2014

Halte au Tram ! Si la Chambre des Métiers est d’avis que, face à la problématique récurrente de l’engorgement de la Ville de Luxembourg, il convient d’en réorganiser l’offre de transport en commun, elle n’est pas d’avis que le tramway en soit la solution judicieuse et optimale. Tout en émettant certaines suggestions, elle invite à un ralentissement de la cadence de mise en marche du projet. L’idée d’un nouveau système de transport étant déjà tellement ancienne qu’un délai supplémentaire de réflexion ne serait en effet en rien pénalisant, bien au contraire. « Qui trop se hâte reste en chemin ». Or, il ne faut pas se tromper de route. La Chambre des Métiers relève que le projet de loi vise à autoriser le Gouvernement à participer à la réalisation d’une ligne de tramway à Luxembourg, entre la Gare Centrale et LuxExpo au Kirchberg, réalisation qui comprend les travaux d’infrastructures de la ligne à proprement parler, la construction du centre de remisage et de maintenance, l’acquisition des rames de tramway et les études y relatives. Il est prévu que les dépenses occasionnées ne pourront pas dépasser le montant de 230.520.000 euros, sans préjudice des hausses légales, montant auquel il conviendra d’ajouter la participation de la commune de Luxembourg, pour arriver à un total de 345.780.000 euros. Si la Chambre des Métiers partage le constat selon lequel le développement économique et démographique de la capitale luxembourgeoise et de sa périphérie s’est accompagné, ces dernières années, d’un accroissement important des déplacements nécessitant une réorganisation de l’offre de transports en commun, elle n’est pas d’avis que le tramway, tel que présenté par les commentaires du projet de loi, soit la solution optimale, judicieuse et adéquate au problème auquel la Ville de Luxembourg se trouve contrainte de faire face. Elle estime en effet que le tramway, fixé sur ses rails, est un moyen de transport trop rigide, trop inflexible et nécessitant plusieurs décennies de travaux eux-mêmes synonymes de paralysie de la ville, d’incertitudes budgétaires des entreprises riveraines et surtout de véritable gouffre financier national sur le long terme. Elle relève par ailleurs l’incertitude juridique qui demeure quant à ses potentielles extensions futures, puisqu’aux termes du projet de loi, seul le tracé d’une même et unique ligne est prévu. Or, il est évident que la réalisation d’un tramway à une seule ligne de 7,5 kilomètres serait un véritable non-sens. En conséquence, elle invite à réfléchir à d’autres alternatives répondant à des objectifs similaires à ceux du tramway, tout en présentant davantage de flexibilité mais aussi plus adaptables aux évolutions technologiques et nécessitant des travaux d’infrastructures moins lourdes. Elle suggère dès lors une orientation vers un système de Transport en Commun en Site Propre, un « Busway », dont la mise en place serait plus rapide, beaucoup moins chère, plus étendue, en faveur des entreprises de transport luxembourgeoises et tout aussi respectueuse de l’environnement. En complément du Busway, elle propose que soit envisagé un système de transport urbain par câble, qui a déjà su faire ses preuves en matière de désengorgement dans bon nombre d’agglomérations européennes.
Communiqués de presse
Esthéticienne 680x450

AVIS CHAMBRE DES METIERS: La Chambre des Métiers s’oppose à une réservation exclusive des lasers aux seuls médecins

Publié le 06 mars 2014

AVIS Chambre des Métiers La Chambre des Métiers s’oppose à une réservation exclusive des lasers aux seuls médecins La Chambre des Métiers s’oppose au projet visant à réglementer l'utilisation de lasers pour des applications à visée esthétique en réservant le droit d'acquérir et d'utiliser de tels appareils aux seuls médecins autorisés. En effet, les dispositions projetées risquent d’avoir des conséquences très négatives sur l’exercice de l’activité artisanale d’esthéticien, réglementée par le règlement grand-ducal du 1er décembre 2011, pris en exécution de la loi d’établissement du 2 septembre 2011. La Chambre des Métiers relève qu’aux termes du très court exposé des motifs, il est fait mention du fait que l’utilisation de lasers pour des applications à visée esthétique telles que la dépilation, le détatouage ou encore le traitement de rides ne serait pas anodine et engendrerait des risques pour le client. Si la Chambre des Métiers peut comprendre l’approche du Ministère de la Santé, qui veille à émettre des réflexions dans l’intérêt général, elle ne s’explique néanmoins pas ce besoin soudain de réglementer la matière alors qu’aucune demande en ce sens n’émane ni de la part du corps médical en lui-même, ni de la part des chambres professionnelles, ni-même des professions paramédicales ou des spécialistes en soins esthétiques. De la même manière, aucun problème ayant trait à l’utilisation des appareils lasers, de brûlures ou d’anomalies sous-jacentes, n’a jusqu’à ce jour été porté à la connaissance de la Chambre des Métiers. La Chambre des Métiers tient également à rappeler que l’activité d’esthéticien est une activité référencée « liste A » dans le droit d’établissement, activité pour laquelle une formation requérant un brevet de maîtrise ou un diplôme équivalent est donc indispensable à l’obtention d’une autorisation d’établissement. Les personnes exerçant l’activité incluant le traitement esthétique de la peau dans son champ d’application bénéficient donc de connaissances sérieuses et solides. La Chambre des Métiers s’inquiète en effet des conséquences économiques qui risquent d’être engendrées par l’adoption du projet de règlement grand-ducal. En effet, le coût d’un appareil laser utilisé dans les entreprises artisanales d’esthétique pour procéder à la dépilation est très important, et ce d’autant plus que ces dernières sont en majorité des entreprises de petite (voire très petite) taille. Procéder au retrait de ceux-ci des instituts à un moment où ils ne seraient pas encore amortis ou à un moment où il n’aurait pas encore été possible d’en retirer les bénéfices de l’investissement serait très négatif. L’interdiction d’utilisation posée par le projet engendrerait de surcroît une perte indéniable de la clientèle. A cela s’ajoute le fait qu’au cas où les professionnels de l’esthétique ne pourraient plus utiliser leurs lasers, ceux-ci devraient de fait s’en débarrasser. A ce sujet, la Chambre des Métiers s’interroge quant à savoir quel sort serait alors réservé à ces appareils et qui pourrait en être les repreneurs. Elle estime par ailleurs que la définition des lasers telle que donnée par le projet de règlement est beaucoup trop large. En effet, eu égard à la multitude de dispositifs lasers ou apparentés existant sur le marché, elle estime qu’il eut été possible et préférable de procéder à une distinction en fonction de leur puissance et/ou de leurs caractéristiques techniques. Dans le même ordre d’idées, les auteurs du projet énumèrent une liste générale d’actes, sans opérer de distinction entre ceux qui nécessitent absolument une intervention et des connaissances médicales, et les autres. Or, il est important de distinguer entre les traitements par laser à visée purement esthétique et ceux à visée particulièrement médicale. Partant, la Chambre des Métiers ne comprend pas pourquoi les professionnels de l’esthétique ne pourraient plus continuer à réaliser lesdites dépilations. Enfin, elle note qu’il est envisagé que l’utilisation des dispositifs médicaux soit  réservée aux médecins autorisés à exercer, conformément aux dispositions de l’article 1er et 4 de la loi modifiée du 29 avril 1983 concernant l’exercice des professions de médecin, de médecin-dentiste et de médecin-vétérinaire. La restriction du champ du personnel autorisé à dispenser des actes (qui exclut également les infirmiers) est donc drastique et incomprise de la part de la Chambre des Métiers. Outre les qualifications nécessaires pour obtenir une autorisation d’établissement en qualité d’esthéticien, elle tient à indiquer que des formations sont dispensées et dûment suivies par les personnes détentrices d’une telle autorisation préalablement à l’achat d’un appareil laser ou consécutivement à celui-ci. Pour consulter l’ensemble de l’avis de la Chambre des Métiers au sujet de  l’avant-projet de règlement grand-ducal portant réglementation des dispositifs médicaux qualifiés de "lasers à visée cosmétique et/ou esthétique" téléchargez ce lien http://www.cdm.lu/download/3818/utilisation-de-lasers-a-visee-cosmetique-respectivement-esthetique.pdf Luxembourg, le 6 mars 2014 Communiqué par la Chambre des Métiers Liliane ESTEVES Responsable Communication Tél.: +352 42 67 67 - 217 E-mail:
Communiqués de presse
budget-web

AVIS: Projet de loi concernant le budget de l’Etat pour 2013: Agir rapidement et efficacement contre la dégradation des finances publiques

Publié le 13 novembre 2012

La Chambre des Métiers a présenté dans le cadre d'une conférence de presse son avis concernant le Projet de loi du Budget de l'Etat pour 2013. Des finances publiques à la dérive Sur les dernières années, les finances publiques se dégradent de façon significative et continue. Concernant le budget de l’administration centrale de l’année en cours, le déficit a été sous-estimé d’environ 500 mio € et atteindra le niveau record de 1.650 mio €. Pour l’exercice 2013, il est estimé à 1.000 mio €. Sur les 14 dernières années, 11 exercices terminent dans le rouge. La dette qui en 2007 s’élevait encore à moins de 7% du PIB devrait atteindre 26% en 2013. Des mesures de consolidation unilatérales, largement insuffisantes et «anti-économiques» La Chambre des Métiers prend note de la mise en oeuvre de mesures de consolida-tion. Or, si cette politique budgétaire va dans le bon sens, les mesures annoncées sont largement insuffisantes, alors qu’elles n’arriveront pas à rétablir l’équilibre au niveau de l’administration publique (Etat central, communes, sécurité sociale) en 2014, ce qui constituait pourtant l’objectif proclamé par le Gouvernement. Par ailleurs, les mesures sont unilatérales en ce que le Gouvernement combat le dérapage des dépenses publiques essentiellement à travers la réduction des inves-tissements publics et le relèvement conséquent de la charge fiscale. Ces deux élé-ments représentent à eux seuls 74% de l’effort de consolidation. Finalement les mesures sont à qualifier d’ «anti-économiques», alors que la hausse de la charge fiscale aura des effets négatifs sur les entreprises. En effet, en rédui-sant leurs revenus nets, elle met en péril le financement des investissements dans l’outil de production, ce qui aura un impact défavorable sur la croissance écono-mique future. L’augmentation du poids de la fiscalité dégradera en outre la compé-titivité du Luxembourg, en rendant moins attrayant le pays pour les investisseurs étrangers. Cet argument vaut également pour la hausse de la charge fiscale des personnes physiques qui diminuera l’attraction du pays pour la main-d’oeuvre étrangère, notamment frontalière. La baisse des investissements publics risque d’avoir des effets défavorables sur l’activité du secteur de la construction et donc sur son emploi, si cette diminution n’est pas compensée par une hausse de la demande privée. Cette mesure détério-rera également à terme la compétitivité au cas où la baisse toucherait des investis-sements vitaux pour l’économie. La Chambre des Métiers exige des mesures correctives incisives Dans ce contexte de dégradation des finances publiques, et dans le souci de pré-server le modèle social luxembourgeois, des mesures correctives urgentes et inci-sives devraient être prises par le Gouvernement pour corriger ces déséquilibres. Selon la Chambre des Métiers, cette détérioration ne correspond pas à un phéno-mène conjoncturel, donc temporaire, mais bien à un problème structurel. Il est en effet fortement probable que la croissance économique n’atteindra plus dans les années à venir les niveaux des dernières décennies. Ainsi, la croissance tendan-cielle sera notamment pénalisée par les restructurations en cours au niveau du secteur financier. Enfin, on assiste à un processus de désindustrialisation rampant qui semble avoir été accéléré par la crise. Il faut rappeler que des déficits publics récurrents impliquent une hausse continue de la dette publique, et donc une augmentation progressive du service de la dette. La politique de consolidation n’est pas synonyme de récession économique Tout d’abord, l’économie nationale se caractérise avant tout par l’exportation de services et de biens, ces activités ne dépendant donc pas de l’évolution du pouvoir d’achat au Luxembourg. A titre d’illustration, il y a lieu de relever que la dépense de consommation finale ne représente que 20% de la demande de biens et services adressée à l’économie luxembourgeoise. S’il ne fait pas de doute qu’une politique de consolidation impactera dans une cer-taine mesure l’économie nationale, le fait de ne pas corriger la dérive des finances publiques entraînera à terme des difficultés économiques bien plus graves. Ainsi, des moyens financiers toujours plus conséquents seront absorbés par le service de la dette, ce qui réduira progressivement la marge de manoeuvre du Gouvernement. En outre, le Luxembourg risque de perdre la notation AAA, avec comme consé-quence une hausse du taux d’intérêt à payer sur les emprunts publics et à la clé un accroissement plus significatif et rapide encore de la dette. La Chambre des Métiers propose une réduction linéaire des dépenses publiques hors investissements D’un point de vue financier, l’assainissement des finances publiques ne pourra se réaliser par des mesures ponctuelles, dont l’incidence sur le déficit est très réduite. Sur le plan politique, le désavantage de la mise en oeuvre de mesures ponctuelles réside dans le fait qu’elles touchent un segment spécifique de la population (p. ex. les ménages à bas revenus ou les ménages plus aisés, etc). C’est la raison pour la-quelle elles font logiquement l’objet de contestations de sa part. Par contre, la mise en oeuvre d’une réduction linéaire des dépenses publiques cor-respondrait à un effort collectif de la population au sens large pour rétablir l’équilibre des finances publiques. De ce fait, la Chambre des Métiers propose la détermination d’un objectif budgétaire d’après lequel les dépenses publiques se-raient réduites de façon linéaire, hormis toutefois les dépenses d’investissement. En effet, ces dernières subiront d’ores et déjà en 2013 une baisse de l’ordre de 9%. Par ailleurs, les investissements contribuent au renforcement de la compétitivité. Une telle mesure déclenchera une radiographie de l’ensemble des dépenses, de même qu’une remise en question des méthodes de travail et d’organisation, ainsi que des subventions et des aides étatiques. Ce «screening» devrait avoir pour ob-jectif de rechercher le potentiel d’économies dans les divers postes budgétaires en distinguant entre l’utile et le nécessaire, d’un côté, et les «nice to have» de l’autre côté. Le potentiel pourrait être exploité sans pour autant priver les ménages néces-siteux des aides dont ils ont besoin et sans pénaliser outre mesure les entreprises dépendant de la demande intérieure. Le Gouvernement effectue un pilotage à vue et se montre réticent à implémenter des réformes structurelles Des prises de décisions contradictoires les unes par rapport aux autres, une atti-tude plutôt attentiste en ce qui concerne les finances publiques se traduisant no-tamment par des tergiversations quant à l’opportunité de prendre des mesures de consolidation et quant au contenu de celles-ci montrent que le Gouvernement n’effectue en fin de compte qu’un pilotage à vue. Des exemples concrets illustrant cette politique ne manquent pas. La décision d’abolir la contribution de crise est prise 7 mois après son entrée en vi-gueur. La mise en oeuvre de l’accord salarial dans la fonction publique est reportée 9 mois après sa signature. A peine 1 semaine après sa présentation, les groupes parlementaires majoritaires annoncent des amendements au projet de budget de l’Etat. De même la politique économique sous-jacente aux mesures de consolidation est incohérente. Ainsi, les taux de la bonification d'impôt pour investissement sont augmentés en 2011 pour être revus à la baisse en 2013, alors que cet instrument devrait stimuler l’investissement privé. Enfin, l’introduction d’un impôt minimal pour les entreprises est contraire à une politique de promotion de l’esprit d’entreprise et de soutien des PME, en touchant de manière disproportionnée ces dernières. La Chambre des Métiers s’oppose à l’instauration d’un impôt minimal, alors qu’il pénalise davantage des PME d’ores et déjà fragilisées par de piètres résultats fi-nanciers. Le Gouvernement démontre une fois de plus sa réticence à vouloir mettre en oeuvre des réformes structurelles, d’ailleurs recommandées par le Conseil de l’Union européenne. Elles concernent notamment l’assainissement des finances publiques, le financement à long terme du régime de pensions et la formation des salaires. Si des mesures ont été prises dans les prédits domaines, et même si elles vont dans la bonne direction, elles manquent toutefois largement de mordant pour être à la hauteur des défis. La «réforme» du régime de retraites en constitue un bon exemple, puisqu’elle n’aura pour effet que de repousser de quelques années le «mur des pensions». Par conséquent, le Gouvernement ne respecte pas le principe de solidarité intergé-nérationnelle en pratiquant une politique du court terme sur le dos des générations futures. Mettre en oeuvre une politique de relance économique La Chambre des Métiers est d’avis qu’il faut entamer une politique de relance éco-nomique, notamment en simplifiant les procédures d’autorisation, une mesure sans incidence budgétaire. La table ronde annoncée par le Premier Ministre dans son discours sur l’état de la nation sera la chance ultime pour achever des progrès en la matière. En matière de politique du logement, il s’agirait de débloquer l’offre de logements en réduisant la complexité et les délais des procédures d’autorisation, de même qu’en prenant des mesures destinées à contrer la pénurie de terrains à bâtir. Une approche similaire peut être adoptée pour la réalisation d’autres investissements, comme par exemple l’implantation d’entreprises et la construction d’infrastructures publiques. Les avantages d’une telle démarche seraient multiples. Du point de vue économique, des procédures plus souples et des délais raccourcis amélioreront la compétitivité de l’économie. En augmentant l’offre immobilière ré-sidentielle, il serait possible de réduire la pression sur les salaires, générée par la hausse rapide et continue des prix du logement. Sur le plan social, une activité accrue contribuera à assurer ou développer l’emploi du secteur de la construction. De surcroît, l’accès au logement serait facilité par une meilleure maîtrise des prix. Les finances publiques sortiraient également gagnantes d’une telle démarche, alors que l’amélioration de la compétitivité et la stimulation de l’activité du secteur de la construction assureront des recettes fiscales supplémentaires. Pour de plus amples informations au sujet de l'avis de la Chambre des Métiers sur le projet de loi concernant le budget des recettes et des dépenses de l’Etat pour l’exercice 2013, n'hésitez pas à contacter Norry DONDELINGER au 42 67 67 257 ou par e-mail à
  Haut de page