Contenu actualisé le 29.02.2016

Chiffres-clés 2012 : 3 questions à Norry Dondelinger

Etudes & Statistiques Publié le 16 mai 2013 Retour
Norry Dondelinger

Le 25 mai dernier, la Chambre des Métiers a présenté, en collaboration avec le Ministère des Classes moyennes et du Tourisme, les derniers chiffres-clés pour le secteur de l’artisanat (lire le reportage ici). A cette occasion, nous avons posé quelques questions à Norry Dondelinger de la Chambre des Métiers:

cdm.lu : L'artisanat a-t-il réussi à résister à la crise et comment?

Norry Dondelinger : En effet, l’artisanat a jusqu’à présent bien résisté à la crise, puisque, même dans un contexte économique difficile, le nombre d’entreprises a augmenté de 141 unités entre 2011 et 2012 et le nombre d’emplois supplémentaires qui a été créé s’élève à quelque 900 personnes.

Malgré le fait que cette création d’emplois soit largement inférieure à celle des années précédentes, l’artisanat a réussi à tirer son épingle du jeu. Les raisons principales résident certainement dans l’adaptation des entreprises aux nouvelles réalités économiques, par exemple à travers l’innovation et la diversification des marchés via l’exportation, et le maintien à un niveau élevé des investissements de l’Etat qui a soutenu le secteur de la construction.

 

cdm.lu : Selon la brochure statistique, l'artisanat dépend de plus en plus de la main d'oeuvre frontalière - quelles en sont les raisons et comment pourrait-on remédier à ce phénomène?
Norry Dondelinger :
La forte hausse de la part de travailleurs frontaliers est due à une pénurie de main-d’œuvre résidante. En fait, l’emploi de l’artisanat a augmenté tellement vite que le secteur ne trouvait pas au Luxembourg les collaborateurs dont il avait besoin, ni en quantité, ni du point de vue des qualifications requises.

Il ne faut pas se faire d’illusions. L’évolution de l’artisanat et celle du marché du travail feront que, même à l’avenir, il dépendra toujours fortement de la main-d’œuvre frontalière. Par contre, il faudrait améliorer la formation, surtout celle des jeunes.

Les statistiques révèlent d’ailleurs que l’apprentissage augmente considérablement les chances de trouver un emploi : 90% des candidats terminant leur apprentissage dans une entreprise artisanale trouvent ensuite un emploi, 60% d’entre-eux sont directement engagés par leur patron-formateur.

 

cdm.lu : Comment se présentent les prévisions concernant la situation conjoncturelle des prochains mois?
Norry Dondelinger :
Des prévisions sont toujours difficiles à réaliser dans un contexte économique aussi volatil que celui que nous connaissons actuellement. Les enquêtes de conjoncture témoignent d’une baisse importante de la production dans le secteur de la construction sur les premiers mois de 2013 qui est en grande partie due aux conditions météorologiques particulièrement défavorables. Il est à estimer qu’un effet de rattrapage s’installera, de sorte que l’activité devrait à nouveau monter sur les prochains mois.

En général, on peut affirmer que la situation conjoncturelle de l’artisanat dépend fortement de l’évolution économique générale du pays.

  Haut de page