Contenu actualisé le 29.02.2016

Le mois de la prévention de l’arnaque: Focus sur le Phishing et le Spam (2/4)

Mon entreprise Publié le 22 avril 2015 , par Daniela Oliveira Da Silva Retour
iStock 000038872658Large

A l’occasion du mois de la prévention de l’arnaque, qui se déroule cette année du 15 avril au 15 mai 2015, la Chambre des Métiers publiera sur son site internet, chaque semaine du mois de l’arnaque, un article expliquant les différentes méthodes utilisées par les arnaqueurs afin de soustraire de l’argent aux entreprises.

Les articles ont pour objet de répertorier les arnaques les plus répandues et d’éclairer sur les différentes arnaques et sur les procédures à suivre pour éviter les préjudices.

Ce deuxième article présente le phishing et le spam. Il s’agit ici, d’arnaques élec-troniques afin de dérobées des données ou coordonnées aux entreprises.

Qu’est-ce que c’est que le phishing?

Définition : Il est également appelé « hameçonnage ». Le phishing est une tentative de dérober les mots de passe des comptes bancaires, des cartes de crédits ou encore des mots de passe informatiques, afin de détourner les fonds.

Pourquoi est-on tenté de signer : Un mail qui semble provenir d’un organisme officiel (généralement une banque, une administration comme la police, ou des fournisseurs internet) contient un  message d’alerte.

Ce mail invite soit à remplir le formulaire et à le renvoyer à une adresse mail, soit vous dirige directement sur un « faux site officiel » (qui ressemble fortement au site officiel de l’organisme contrefait), afin de saisir des données confidentielles.

Conséquences : Après avoir obtenus les données confidentielles, le fraudeur peut ainsi détourner de l’argent appartenant à la victime.

Qu’est-ce que c’est que le spam?

Définition : Le spam est un mail publicitaire non-sollicité.

Conséquences : Il contient généralement des logiciels malveillants ou bien des liens vers des sites infestés forçant l’accès aux données personnelles de la victime.

Un exemple peut être consulté sous les liens en bas de page.

Comment repérer ces arnaques ?

Il faut toujours être prudent et attentif avant :

  • d’ouvrir un mail, surtout venant d’un expéditeur inconnu,
  • de cliquer sur un lien,
  • de donner ses coordonnées, notamment en ce qui concerne les coordonnées confidentielles qui sont toujours demandées.

Voici quelques indices permettant de déceler une tentative d’arnaque électronique :

  • les intitulés des mails sont des indices, par exemple, ils contiennent des promesses impossibles ou des publicités promotionnelles ou encore dire que votre compte a été restreint,
  • vous trouverez généralement aussi de nombreuses fautes d’orthographes et de syntaxes,
  • ne cliquez jamais sur les liens affichés et ne remplissez jamais les formu-laires. En effet, une banque, un fournisseur internet ou bien un fournisseur mail ne vous demanderont jamais de leur communiquer directement vos données confidentielles,
  • vérifiez que le lien à cliquer commence par https. Le « s » montre que le site est sécurisé.

Il est conseillé d’avoir un anti-virus à jour sur l’ordinateur qui, la plupart du temps, bloque le phishing et le spam.
Si vous n’êtes pas sûr que le mail reçu est une arnaque, ne remplissez pas le for-mulaire ou bien ne cliquez pas sur le lien affiché et renseignez-vous auprès des contacts ci-dessous.

Que faire si vous avez reçu une arnaque ou si vous avez été victime d’une arnaque ?

Si vous avez été victime d’une arnaque ou d’une tentative d’arnaque nous vous conseillons :

  • d’appeler votre Chambre professionnelle ou votre Fédération, notamment le service juridique en cas de besoins,
  • de contacter la Hotline mise en place par la Direction générale PME et En-trepreneuriat du Ministère de l’Économie pour être conseillé : 247-84796,
  • d’installer un anti-virus et de le mettre à jour régulièrement,
  • de faire régulièrement des scans de votre/vos ordinateur/s,
  • de porter plainte auprès du commissariat de police le plus proche ou auprès de la Police judiciaire,
  • de contacter un avocat en cas de besoins.

Pour plus d’informations :

Cet article a été écrit en collaboration avec le Ministère de l’Economie.

  Haut de page