Chiffres-clés de l'Artisanat en 2018 : une tendance positive face à 4 grands défis

Le 16 mai 2019, la Chambre des Métiers a présenté en présence de Monsieur le Ministre des Classes Moyennes Lex Delles, les grandes tendances de l’Artisanat en 2018. Après 40 ans, la présentation des chiffres-clés du secteur a été repensée de fond en comble pour passer d’une représentation de près de 120 métiers à 16 clusters regroupant l’ensemble des activités artisanales.

Lors de cette conférence de presse, la Chambre des Métiers a passé en revue, ensemble avec le Ministre Lex Delles, les 4 principaux défis auxquels sont confrontées les entreprises artisanales, et ceci de manière de plus en plus aigüe.

Que ce soit tant en termes de création d’entreprises que de création d’emplois, l’année 2018 fut fructueuse pour l’Artisanat qui, avec 7.500 entreprises et 95.000 personnes occupées, reste le premier employeur du Grand-Duché. En présence de Monsieur le Ministre des Classes Moyennes Lex Delles, la Chambre des Métiers a dressé le bilan de l’année écoulée, profitant de l’occasion pour mettre en évidence les défis auxquels les chefs d’entreprises artisanales doivent faire face, au risque que le développement du secteur ne se voit entravé.

Pour tenir compte du phénomène des entreprises offrant une palette de produits et de services plus larges et donc titulaires de plusieurs autorisations d’établissement, la Chambre des Métiers a opté cette année pour une nouvelle approche statistique de l’Artisanat, opérant une analyse par clusters d’activités. Il en ressort que l’année 2018 fut synonyme de dynamisme dans son ensemble, avec une hausse du nombre d’entreprises de l’ordre de 160 unités et une création nette d’environ 3.200 emplois.

Si l’évolution de l’Artisanat est globalement positive, les chefs d’entreprises sont toutefois confrontés à une série de défis quotidiens qui, pour certains du moins, s’avèrent de plus en plus pressants.

Attirer du personnel qualifié en nombre suffisant

Avec 51% des salariés qui sont des travailleurs frontaliers, et 34% qui sont des résidents de nationalité étrangère, force est de constater l’existence d’une grande dépendance de l’Artisanat à l’égard d’une main-d’œuvre « externe », issue soit de la Grande Région, soit de l’immigration.

Face à ce signe manifeste d’une pénurie de main-d’œuvre qualifiée, la Chambre des Métiers estime cruciale - à côté du développement de la formation continue et du changement de la perception négative du secteur - la création d’un environnement attractif, notamment au niveau de la fiscalité et de la mobilité, ce afin d’attirer la main-d’œuvre étrangère dont l’Artisanat a besoin pour continuer à assurer son développement.

Trouver un site d’exploitation adéquat

Un problème qui continue à se poser est celui d’une pénurie de sites d’implantation adéquats en raison tant d’une disponibilité insuffisante de terrains que de prix élevés, de parcelles de tailles inadaptées, mais aussi de réglementations souvent trop rigides à l’intérieur des zones d’activités.

Face à un besoin en terrains estimé à 90 hectares, la Chambre des Métiers plaide en faveur d’un plan sectoriel « zones d’activités économiques » plus ambitieux et de réglementations plus souples concernant la gestion spécifique de ces zones.

Faire face à la charge financière représentée par investissements

Une analyse de la création d’entreprises montre qu’après 5 ans, celle-ci auront doublé leur taille, passant de 3 à 6 salariés en moyenne.

La charge financière représentée par les investissements à réaliser constitue donc un autre défi notable, surtout pour les créateurs d’entreprises, qui se voient confrontés à un double inconvénient : l’absence de réserves financières et la constitution d’un fonds de commerce nécessaire aux fins d’assurer la pérennité de leur structure.

Pour soutenir efficacement l’Artisanat, la Chambre des Métiers demande une amélioration du régime d’aides aux PME actuel, visant ainsi à faire bénéficier l’ensemble des activités artisanales de ce dispositif mais aussi l’introduction d’un régime spécial pour le premier établissement et la réintroduction d’un régime propre à la sécurité alimentaire.

Satisfaire aux besoins d’une clientèle toujours plus exigeante

Les entreprises artisanales s’efforcent de satisfaire les demandes d’une clientèle toujours plus exigeante, tant en ce qui concerne la quantité que la qualité des produits et services offerts.

Ceci se traduit par un nombre croissant d’entreprises détenant plusieurs autorisations d’établissement. La Chambre des Métiers a intégré ce phénomène en procédant à une réforme dans la réalisation de ses statistiques, regroupant ainsi les 121 activités artisanales en 16 clusters.

Afin de répondre aux défis posés, la Chambre des Métiers est d’avis qu’un rôle déterminant revient à la digitalisation en vue d’augmenter l’efficacité des processus. Pour le Ministre des Classes Moyennes Monsieur Lex Delles, « La digitalisation posera certes de nouveaux défis à l’Artisanat. Néanmoins, l’Artisanat connaît depuis toujours une grande capacité d’adaptation à des évolutions technologiques et sociétales. Une politique proactive en matière de digitalisation renforcera davantage l’innovation au sein de l’Artisanat luxembourgeois. ». Pour la Chambre des Métiers, le caractère innovant des produits et services devra constituer un effort permanent pour se démarquer par rapport à la concurrence. En ce sens, elle salue l’importance du soutien de l’État en ces domaines, notamment via le Pakt Pro Artisanat.

 

 

 

 

Partager / Teilen

  Haut de page