Conférence de presse: la nouvelle fonction de « matcher » dans l’artisanat

Chambre des Métiers Publié le 16.10.2012

Ce matin a eu lieu une conférence de presse commune de la Chambre des Métiers, de la Chambre des Salariés et du Ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle.

Le but de la conférence de presse était de présenter la nouvelle fonction de « matcher » dans l’artisanat.
Depuis des années, le marché de l’apprentissage dans l’artisanat connaît un double déséquilibre, à savoir

  • entre les aspirations des jeunes et les besoins des entreprises et
  • entre le niveau de qualification des jeunes et le niveau de qualification demandé par les entreprises.

La conséquence immédiate de ce double équilibre est que chaque année des jeunes restent sans contrat d’apprentissage et des entreprises restent sans apprenti.

Pour remédier à cette situation et pour rapprocher l’offre et la demande de postes d’apprentissage, la Chambre des Métiers, la Chambre des Salariés et le Ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle ont pris une initiative commune et ont créé la fonction de « matcher » dans l’artisanat.

Dans son introduction, Monsieur Roger MELMER, Directeur-adjoint de la Chambre des Salariés a esquissé le système de l’apprentissage au Luxembourg. Paul KRIER, Sous-directeur de la Chambre des Métiers a présenté le profil de la nouvelle fonc-tion de « matcher » dans l’artisanat ainsi que sa structure et ses missions.

Le « matcher » dans l’artisanat est Monsieur Marcel BAUMANN qui dispose d’une longue expérience dans le domaine de la formation professionnelle en général et sur le terrain de l’apprentissage artisanal en particulier.

Sa mission est la suivante :

  • promouvoir les métiers de l’artisanat auprès des jeunes et de leurs parents, au-près des enseignants et auprès du large public ;
  • réduire le déséquilibre entre offre et demande de postes d’apprentissage par l’acquisition des postes d’apprentissage et par la recherche de profils d’apprentis potentiels (« matching ») ;
  • surveiller le marché de l’apprentissage et formuler des suggestions et des pro-positions aux trois partenaires (Chambre des Métiers, Chambre des Salariés et Ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle).

Les trois partenaires sont convaincus qu’ils ont un intérêt commun dans le domaine de l’apprentissage et que c’est par une action concertée que se laisse progressive-ment réduire le déséquilibre sur le marché de l’apprentissage à la fois dans l’intérêt des jeunes, des entreprises et de la société dans son ensemble.

Partager / Teilen

  Haut de page