Extension de la Chambre des Métiers, mission accomplie ! - Article NEOMAG

Chambre des Métiers Publié le 05.10.2021

cdm

La Chambre des Métiers vient d’achever les travaux de rénovation et d’agrandissement de son bâtiment. Ils portent sur une surface de plus de 1 200 m2 : 600 m2 pour la partie rénovée et 600 m2 pour l’extension. L’objectif de cette réalisation est de pouvoir accueillir de nouveaux partenaires, mais aussi de mettre en valeur le savoir-faire artisanal luxembourgeois.

COUP DE FRAIS

Construit au début des années 90 sur le plateau de Kirchberg, le bâtiment de la Chambre des Métiers est déjà en service depuis une bonne trentaine d’années.

« Nous avons un grand bâtiment qui regroupe des bureaux, mais aussi des espaces pour les réunions et les conférences. Nous avons entrepris de rénover un plateau existant de 600 m2 pour le mettre aux standards actuels et nous allons poursuivre sur cette voie pour d’autres parties de l’immeuble dont, pour certaines, la rénovation a déjà été partiellement réalisée, notamment en ce qui concerne les équipements techniques suite à la phase COVID. C’est un processus qui ne fait que démarrer », explique le Directeur général, Tom Wirion.

PLUS D’ESPACE

Les travaux d’extension du bâtiment concernaient eux aussi une surface d’un peu plus de 600 m2 (ce qui est d’ailleurs le maximum autorisé dans ce quartier). La raison de cet agrandissement ? « Nous avons toujours hébergé au sein de la Chambre des Métiers, qui est avant tout la maison de l’artisanat, les bureaux de certains de nos partenaires. C’est le cas, par exemple, du CRTI-B ou de la Fédération des Artisans. Nous serions ravis de pouvoir en accueillir de nouveaux. Nous venons d’ailleurs de conclure un accord avec un groupement d’intérêt économique actif dans la transition énergétique qui va nous rejoindre en décembre prochain. La transition énergétique est un sujet phare pour la société et pour tous les secteurs économiques, ce qui cadre bien avec nos activités et avec les besoins du secteur de l’artisanat », indique-t-il.

UNE VITRINE POUR L’ARTISANAT LUXEMBOURGEOIS

Le but de cette extension n’était pas seulement de gagner de l’espace supplémentaire, mais aussi de « montrer, à travers une structure légère, innovante, en bois, qui se détache du bâtiment que nous connaissons en vitrage et marbre gris et qui intègre des installations techniques de pointe pour le chauffage et le refroidissement, que la Chambre des Métiers, à l’instar du secteur qu’elle représente, évolue et est moderne ».

Le cabinet d’architecture M 3 architectes qui a dessiné l’extension est aussi celui qui avait conçu le bâtiment à la fin des années 80 ; c’était alors un de ses 1ers grands projets. « Nous avons pensé que le père du bâtiment était sans doute le meilleur pour le faire évoluer en utilisant des matériaux différents tout en restant dans une certaine ligne », indique Tom Wirion.

Ce sont les bureaux d’études Goblet Lavandier & Associés et Schroeder & Associés qui étaient en charge de l’ingénierie.

Pour la mise en oeuvre, la Chambre des Métiers a travaillé avec 14 entreprises artisanales établies au Luxembourg, issues de différents corps de métier.

« Je tiens à relever que le chantier a été mené de main de maître aussi bien par les architectes et ingénieurs chargés de la conception que par les artisans chargés de la réalisation, malgré des circonstances peu évidentes et des protocoles sanitaires à respecter, de sorte que nous avons pu respecter notre timeline et ce, grâce à la qualité des différents intervenants à l’oeuvre. J’ajouterais que la crise sanitaire a changé la donne en cours de partie et que les besoins ne sont aujourd’hui plus tout à fait les mêmes qu’avant. Les plateaux ont été conçus avant le COVID, dans une logique paysage. Certains aménagements ont été nécessaires pour trouver un compromis entre open spaces et espaces cloisonnés. S’adapter à cet imprévu a demandé de la réactivité et de la créativité de la part des acteurs impliqués. Cela nous a également fait plaisir de voir que les corps de métier étaient fiers de travailler pour la Chambre des Métiers », souligne le Directeur général qui insiste également sur l’excellente collaboration avec le Fonds Kirchberg dont le rôle était de veiller à ce que la surélévation s’harmonise aussi bien avec le bâtiment existant qu’avec le quartier environnant.

*source: NeoMag n°41