« La digitalisation, c’est maintenant ! »

Mon entreprise Publié le 28.01.2019
Atelier - Digitalisation dans le secteur de la Mode-Santé-Hygiène

Le 22 janvier 2019, s’est tenu à la Chambre des Métiers, le premier workshop sectoriel de la série d’ateliers « Foncez vers le numérique ! », cette fois ci dédié à la digitalisation dans le secteur de la Mode-Santé-Hygiène. Lors de l’événement, les participants ont pu découvrir différentes options pour digitaliser leur entreprise et ont pu échanger sur leurs expériences et connaissances avec d’autres artisans.

Tom Michels, gérant de Salonkee, a débuté sa présentation en soulignant qu’ « aujourd’hui 50% des utilisateurs smartphone consultent leur téléphone directement quand ils se réveillent,  86% font leurs recherches sur des entreprises locales sur internet et 76% des clients préfèrent communiquer par voie digitale avec leur prestataire de service ». Donc, les clients vont vers la digitalisation. C’est pourquoi, les entreprises doivent se digitaliser pour répondre à la demande de leurs clients et pour augmenter l’efficacité de leur travail. De plus, la visibilité en ligne peut être augmentée par l’utilisation des différents outils de Google, par la possession d’un propre site internet et par une présence sur les différents réseaux sociaux et les plateformes spécifiques au secteur. Des logiciels tout-en-un peuvent aussi faciliter la gérance interne de l’entreprise et permettent de gagner du temps. Monsieur Michels ajoute qu’un tel logiciel peut être utilisé pour gérer la base de données clients, l’agenda, les employés, la prise de rendez-vous en ligne, le stock, ainsi que pour établir des statistiques. Pour conclure, Monsieur Michels souligne : « La digitalisation, c’est maintenant et pas dans dix ans. Vous ne devez pas avoir peur ».

 

Alexa Ballmann, gérante de l’Institut de Beauté Alexa Ballmann S.à r.l., s’est déjà penchée sur la digitalisation de ses deux instituts. « L’acquisition d’un nouveau logiciel de gestion, m’a donné plus de contrôle et un meilleur aperçu des événements dans mes instituts », raconte-elle. Elle rajoute « Avec le nouveau programme qui me donne accès à toutes les données de n’importe où, je peux intervenir le cas échéant. » Même les commandes peuvent être placées à distance. De plus, le programme lui envoie tous les soir un relevé avec les recettes de la journée. Ceci ne lui donne pas seulement un meilleur aperçu sur le travail de ses employés, mais aussi la possibilité de mieux les valoriser. Madame Ballmann a en outre introduit la prise de rendez-vous en ligne ainsi que la vente de chèques cadeau via son site internet. En combinaison avec les publicités sur les réseaux sociaux, ces services lui ont remporté beaucoup de nouveaux clients.  « Il faut savoir que la nouvelle génération qui commence déjà à venir dans nos salons n’aime pas parler au téléphone. Il faut bien les fidéliser maintenant, sinon nous aurons un problème dans dix ans. » termine-elle son témoignage.

 

Pour compléter l’atelier, Florian Noiré, thérapeute capillaire chez Coiffure Sandrine Noire S.à r.l. a présenté l’approche de digitalisation de son salon. « Il y a cinq ans, nous avons encore tout fait à la main, que ce soit les rendez-vous, la caisse ou le stock, et nous avons perdu beaucoup de temps à la fin de la journée avec des tâches administratives » commence-t-il. « Le passage à un système de caisse informatique était déjà un gain de temps incroyable parce que les employés ne devraient plus chercher les prix et faire des calculs et décomptes. En plus, le système nous sort des statistiques, ce qui nous aide à identifier nos points forts et faibles et d’améliorer notre entreprise. » Même les collaboratrices âgées n’ont pas eu de problème de travailler avec un système numérique. Même si elles avaient peur de passer à la prise de rendez-vous en ligne, elles ont vite remarqué que c’est quelque chose de très flexible et que tout peut être ajusté et enregistré dans le système. De plus, elles ont remarqué combien de temps elles perdent avec la réservation par téléphone et qu’il y a beaucoup moins d’annulations grâce au rappel par sms. Monsieur Noiré ajoute, « Facebook est un outil pas trop cher et qui vous permet de toucher beaucoup de personnes. Après avoir publié un post Facebook sur les analyses de cheveux, je suis passé de 3 à 25 analyses par mois, ce qui rend Facebook très rentable. »

 

Contact

 

Plus d'informations

Plus d'informations sur nos prochains ateliers 

Les inscriptions pour le prochain workshop, qui aura lieu le 19 février sur la vente en ligne sont déjà ouvertes : https://www.cdm.lu/services/agenda/categorie/eventsevent/letzshop-eng-verkafsplattform-fir-letzebuerger-betriber

Partager / Teilen

  Haut de page