Stratégie de dépistage du secteur de la construction et du nettoyage au retour des congés d’été

Mon entreprise Chambre des Métiers Publié le 29.07.2020

cdm

Auf deutsch de

C’est la question qui préoccupe les entreprises depuis la reprise des infections au virus du corona. Comment gérer le retour des vacances des zones à risques coronavirus ? Dans le cadre de la stratégie de test luxembourgeoise, la fin du congé collectif et la reprise concomitante des activités dans certains secteurs (secteur de la construction et secteur du nettoyage) ont été identifiés par la Direction de la santé comme un moment-clé pour dépister et contrôler la propagation du virus dans la population.

 

La Direction de la santé, les chambres professionnelles et les fédérations professionnelles s’associent en vue de la mise en œuvre de cette stratégie de test.

Conformément à la stratégie poursuivie depuis la mise en place du dépistage à grande échelle, il n’est pas envisagé de soumettre tout salarié qui rentre des vacances à un test, mais de tester un certain pourcentage de personnes afin d’identifier des infections présentes au sein d’une entreprise et du secteur.

Du point de vue de l’organisation pratique, chaque entreprise recevra pour la semaine du 17 août une première série de bons avec des codes qui correspondent à un certain pourcentage du personnel de l’entreprise. Les entreprises recevront une deuxième série de codes pour la semaine du 24 août. Les codes seront valables pour une durée de deux semaines. Les tests peuvent se faire dans tous les centres de dépistages à grande échelle. Les résultats des tests des deux premières semaines, permettront d’évaluer si des codes supplémentaires doivent être envoyés aux entreprises.

L’employeur, qui connaît les structures d’organisation et les processus de travail au sein de son entreprise peut librement choisir les salariés qui sont invités de se faire tester en fonction des interactions sociales entre salariés. Ainsi, lorsque plusieurs salariés travaillent, par exemple, en équipe, plusieurs membres de l’équipe peuvent se faire tester la première semaine, tandis que d’autres membres de cette même équipe seront testés au cours de la deuxième semaine. Cette approche assure une surveillance en continu de chaque équipe sur plusieurs semaines. Ceci représente un vrai avantage comparativement à un test de la totalité des salariés d’une même entreprise le même jour.

Ces bons représentent des invitations personnelles qui seront à utiliser par le personnel de l’entreprise, ainsi que pour les intérimaires intégrées dans les différentes équipes.

Approche pratique au niveau des entreprises des secteurs concernés

Sachant que pas tout salarié ne pourra être soumis à un test de dépistage, les entreprises sont invitées à identifier au plus vite, et idéalement avant le début du congé collectif, les salariés qu’ils croient particulièrement exposés à un risque de contagion. Elles pourront notamment privilégier les salariés qui sont en contact régulier avec des collègues ou des clients par rapport aux salariés qui sont plutôt isolés voire en télétravail.

Du fait que les tests se font sur base volontaire, l’employeur ne peut ni forcer son salarié à se soumettre à un tel test, ni avoir connaissance du résultat du test. En cas de test positif, le salarié sera de toute façon isolé et l’entreprise recevra un certificat d’incapacité de travail pour la période d’isolement.

Il est dès lors important que les entreprises signalent aux salariés concernés qu’elles veulent les soumettre prioritairement à un test et recueillent leur accord de s’y soumettre afin de ne pas laisser périmer des tests réservés pour les secteurs de la construction ou du nettoyage.

Le principe à la base de l’inscription au test est que cette inscription soit réalisée par le salarié concerné. Néanmoins, afin de garantir que l’inscription puisse se faire en ligne et que le passage au test ne perturbe l’organisation de l’entreprise le moins possible, il est proposé que les entreprises réalisent les inscriptions aux tests pour compte de leurs salariés avec l’accord de ces derniers.

Indépendamment de ce dépistage, les salariés sont toujours invités à respecter scrupuleusement les gestes barrières mises en place par les entreprises, les principaux gestes barrières efficaces contre la contagion du coronavirus étant :

  • le respect des distances physiques ;
  • le port d’un masque ou d’un autre dispositif recouvrant le nez et la bouche ;
  • le lavage régulier des mains ;
  • l’utilisation d’un mouchoir à usage unique;
  • de tousser ou d’éternuer dans son 

Pour toute information supplémentaire, n’hésitez pas de vous adresser à la Chambre des Métiers (Hotline #BoostHandwierk Tél : +352 42 67 67-550 ou par e-mail au boosthandwierk@cdm.lu )ou à votre fédération.

LIENS :