La Chambre des Métiers fait un appel à la solidarité nationale en vue de préserver l’avenir des entreprises, des salariés et des apprentis

Mon entreprise Publié le 23.03.2020

COVID-19 Adobe Stock

cdm

Auf Deutsch de

Face aux difficultés auxquelles les entreprises artisanales sont confrontées depuis la mi-mars, la Chambre des Métiers s’est mobilisée afin de leur offrir assistance, conseil et guidance dans cette situation sanitaire et économique exceptionnelle. Le Président Tom Oberweis a tenu à adresser ces quelques messages importants aux entreprises ressortissantes de l’institution.

 

Mot du Président Tom Oberweis

Il me tient à cœur de remercier tout particulièrement nos entreprises et leurs salariés qui, depuis le début de la pandémie, sont au travail et qui font tout pour que notre société puisse continuer à fonctionner. Chacun de nous a besoin de votre engagement quotidien pour garantir la sécurité économique du pays. Je veux adresser toute ma reconnaissance aux entreprises artisanales, qui dans le respect des restrictions importantes et nécessaires imposées par les autorités, continuent à garantir la fourniture d’aliments artisanaux frais, à travailler dans leurs ateliers de production, à réaliser la prestation de services en matière de réparation et de dépannage ainsi que toutes les autres prestations importantes en ces temps de crise sanitaire sans précédent. Elles sont essentielles pour notre société.

Je tiens également à remercier les entreprises artisanales pour leur attitude responsable, surtout celles qui ont été impactées directement et massivement par la décision gouvernementale de fermeture de toutes les activités accueillant du public à partir du 16 mars, notamment les prestations artisanales de santé et d’hygiène, sauf certaines rares exceptions, ainsi que les entreprises de construction contraintes de fermer leurs chantiers à partir du 20 mars.

La Chambre des Métiers tout comme la Fédération des Artisans soutiennent le Gouvernement dans l’état de crise extrême que connaît la société et le félicite des mesures rapides d’urgence sanitaires engagées.

La Chambre des Métiers a salué la mise en place rapide, dès le 17 mars, de mesures fiscales de soutien aux entreprises et aux indépendants, suivies par des mesures relatives aux cotisations sociales et au remboursement, au moyen d’une avance à la mi-avril, du congé pour raisons familiales. Il en va de même pour ce qui a trait aux mesures substantielles de chômage partiel pour cas de force majeure et de simplification des demandes annoncées dans ce contexte. Parallèlement, le ministre des Classes Moyennes Lex Delles a déposé un projet de loi, amendé suite aux observations critiques de la Chambre des Métiers, visant à mettre en place un système d’avances remboursables sous la forme de prêts afin de couvrir certains coûts incompressibles, tels que les frais de personnel et les charges de loyers, tout en prenant en considération les revenus des indépendants.

S’il s’agit de mesures importantes, elles risquent toutefois d’être insuffisantes, sachant que le problème essentiel de toutes nos entreprises est et sera à l’avenir un problème aigu de liquidité !

L’annonce par le ministre de l’Economie d’un « paquet de mesures pour soutenir l’économie luxembourgeoise » constitue un signal fort que le Gouvernement prendra un engagement massif et durable selon le principe « cette crise exceptionnelle nécessite des réponses politiques exceptionnelles ». Néanmoins, un élan de solidarité entre tous les acteurs politiques, économiques, syndicaux et autres doit supporter cette offensive annoncée par les autorités. C’est en effet uniquement à travers une telle solidarité nationale que les entreprises et les emplois pourront être préservés.

De ce fait, je lance un appel urgent aux acteurs clés du monde politique et économique, dont notamment les banques privées, l’établissement bancaire public SNCI, les bailleurs commerciaux, les fournisseurs d’électricité et de gaz, afin qu’ils proposent des échéanciers de remboursement adaptés, selon la devise « zéro recettes, zéro dépenses », le tout afin de soulager la trésorerie des petites entreprises !

Il faut que les autorités nationales fassent un choix clair : toute énergie doit être mise au soutien des entreprises, de leurs salariés et de leurs apprentis pour ne pas avoir à constater des faillites en cascade. C'est la meilleure manière de protéger nos PME et leur savoir-faire et c'est surtout la seule et unique manière de pouvoir rebondir économiquement une fois que la crise sanitaire sera derrière nous.

Il s’agit là de la raison pour laquelle la Chambre des Métiers a adressé un appel aux principaux pouvoirs adjudicateurs du pays de bien vouloir renoncer, dans le cadre des marchés publics, à la retenue de garantie de 10%. Ils pourraient ainsi payer dans le cadre des factures qui leur sont transmises par les entreprises artisanales pour la réalisation de travaux l’intégralité du montant y prévu, sans déduction de la garantie de 10%. De cette manière, les entreprises concernées bénéficieront d’une « bouffée d’oxygène » supplémentaire qui contribuera à surmonter cette période difficile. Il en va de même des paiements sans délais des entreprises par les adjudicateurs publics et de la non-application des pénalités de retards.

C’est également pour ce motif que j’invite les clients privés à aider à leur tour les entreprises en difficultés financières temporaires en payant les factures leur adressées avant les échéances prévues, en passant des commandes auprès des fournisseurs et prestataires locaux.

J’observe que nos pays voisins, qui sont eux aussi fortement touchés par la crise sanitaire, ont réagi par des mesures d’envergure. La Chambre des Métiers a fait ces derniers jours une analyse des mesures prises en France, en Allemagne et en Belgique (notamment des aides directes ou non remboursables pour les petites entreprises et les indépendants) afin d’intégrer ces éléments dans un document rassemblant une série de propositions urgentes.

Ces derniers jours, la Chambre des Métiers a été en contact régulier avec le ministre de l’Economie Fränz Fayot et le ministre des Classes Moyennes Lex Delles qui sont à l’écoute des préoccupations des PME artisanales et auxquelles les propositions formulées ont été transmises. Par ailleurs, une concertation étroite a eu lieu sur une base journalière avec les autres organisations patronales de l’UEL.

Par référence au catalogue d’idées communiqués au Gouvernement, je suis d’avis que des mesures absolument vitales pour les entreprises, tant aujourd’hui que demain, s’imposent en vue de les soutenir durablement et aux fins de pouvoir redémarrer une fois que cette crise sans précédent sera derrière nous.

Finalement, je veux encore adresser, au nom de toutes les entreprises artisanales et de leurs salariés, toute ma reconnaissance, toute ma gratitude et toute ma considération aux nombreuses personnes au travail dans les hôpitaux, les centres de soins et les urgences, qui font un effort exceptionnel en ces temps de crise sanitaire extrême. Merci à eux !

Passt op Iech op ! Bleiwt gesond ! An dann meeschteren mir dess Kris!

HOTLINE – plus de 2.500 contacts entre le 16 et le 20 mars

L’équipe pluridisciplinaire de la Chambre des Métiers est à la disposition des entreprises ressortissantes artisanales depuis le 16 mars, donc dès la mise en œuvre des premières décisions politiques importantes.

Elle répond par téléphone via la « HOTLINE – Chambre des Métiers : +352 42 67 67 550 » et par e-mail contact@cdm.lu aux questions des chefs d’entreprises.

Page Internet dédiée au COVID-19 et « FAQ » mises à jour en continu

Une page internet dédiée est disponible sur www.yde.lu. Elle reprend les informations essentielles à destination des entreprises, les liens vers les sites officiels du Gouvernement (documents et formulaires) et le site du ministère de l’Economie.

Le FAQ mis à jour en continu donne des réponses précises aux questions concernant notamment toutes les mesures pour les entreprises.

Sont également disponibles des informations liées à la formation initiale, aux cours et examens du Brevet de Maîtrise et aux cours de formation continue des entreprises.

La Chambre des Métiers est d’avis que dans cette crise sanitaire il faut un effort national pour la maîtriser et pour limiter en même temps les dommages causés à l’économie luxembourgeoise, alors que des emplois risquent d’être menacés.

 

Contact

 

Liens utiles

Page d’information COVID-19

Frequently Asked Questions (FAQ)