Le projet pilote « Réforme du Brevet de Maîtrise Artisan en Alimentation » a été mené à bien

Mon Brevet de Maîtrise Hands Up Publié le 15.09.2021

cdm

de

Les premières discussions et réflexions sur l'importance et l'orientation future du Brevet de Maîtrise ont commencé dès 2010. Le résultat : un processus de réforme global. En 2017, le coup d'envoi a enfin été donné pour le « Brevet de Maîtrise Artisan en Alimentation ». Les premiers diplômés ayant terminé avec succès le programme, il est temps de faire le bilan.

Quo vadis Brevet de Maîtrise ? C'est la question que se sont posée les responsables au début du projet. L'attractivité jadis déclinante de la formation d'artisan sur le marché et le faible taux d’inscription étaient alarmants à l'époque. La stratégie nationale fondamentale « Lifelong Learning » (S3L) mettait l'accent sur la perméabilité, la transparence et la qualité des formations au Luxembourg, auxquelles appartient le Brevet de Maîtrise qui a fait ses preuves. Cependant, il est vite devenu évident que la simple mise en œuvre des principes qui y sont énoncés, comme une meilleure information de la population sur les possibilités de formation et de perfectionnement, ne suffirait pas à provoquer un renversement de tendance. De profonds ajustements se sont avérés nécessaires pour permettre au Brevet de Maîtrise de conserver sa réputation et son image, son rôle et sa place dans l'Artisanat et continuer à servir de vitrine et de référence au-delà de l'Artisanat.

 

Afin de répondre aux nouvelles exigences, trois objectifs essentiels ont été définis au début des discussions et étaient fondamentales pour l'ensemble du processus :

  1. une restructuration de la formation qui couvre à la fois les aspects quantitatifs et qualitatifs (portée, ampleur, complexité et profondeur du contenu d'apprentissage),
  2. une description et une classification uniformisées des formations sur la base des descripteurs CLQ (Cadre Luxembourgeois des Qualifications),
  3. élaboration de qualifications complémentaires au diplôme afin de créer une plus grande transparence des qualifications obtenus au cours de la formation.

 

En étroite collaboration avec le Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, le choix s'est porté sur un scénario qui combine différents Brevets de Maîtrise d'un même domaine d'activité sur la base de divers critères. Concrètement, cela signifiait que les compétences interdisciplinaires et spécifiques à la matière nécessaires pour les Brevets de Maîtrise individuels ont été développées dans un nouveau programme d'études. Pour l'examen pratique complet, les candidats doivent choisir une spécialisation en fonction de leur expérience et de leurs connaissances professionnelles. Cela constitue la pierre angulaire du processus de réforme du Brevet de Maître artisan.

Un avantage majeur de la nouvelle formation est le droit d'établissement dont bénéficient les diplômés du nouveau Brevet de Maître dans toutes les activités couvertes par la nouvelle formation. Cela permet de réagir de manière flexible aux exigences actuelles du marché et de gérer sa propre entreprise tournée vers les clients. Ainsi, la formation donne la possibilité de se positionner plus largement et d'élargir la gamme de services et de produits. La formation permet également aux Maîtres de définir des processus de travail interdisciplinaires et d'animer des groupes. Les candidats sont également préparés aux tendances du marché, ils ont la possibilité d’évoluer librement et de développer des idées durables et innovantes.

En 2017, le coup d'envoi a été donné pour le nouveau Brevet « Maître Artisan en Alimentation », qui a permis de diplômer douze candidats cette année. Le nouveau Brevet de Maîtrise couvre les activités de boulanger-pâtissier, traiteur et boucher. Au cours de leur formation, les candidats ont suivi divers modules : en commençant par des sujets généraux tels que l'hygiène, la sécurité alimentaire et la nutrition, la gestion et les technologies de production, jusqu'à l'acquisition de connaissances spécialisées spécifiques et la conception de mets des différents spécialisations. Pour finir, les diplômés ont passé leur examen pratique en fonction de leur spécialisation.

Les objectifs fixés jadis ont été atteints, de sorte qu'un plan a maintenant été élaboré avec le ministère de tutelle, qui prévoit au total une douzaine de projets de réforme et quatre révisions de Brevets de Maîtrise. D'ici 2030, l'offre de tous les Brevets de Maîtrise sera à revoir, la formation modernisée et adaptée à la situation du marché luxembourgeois.

La Chambre des Métiers tient à remercier le Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse pour la bonne coopération au cours des dernières années et est heureuse de proposer le Brevet de Maîtrise Artisan en Alimentation pour l'année scolaire 2021/2022.

En outre, la Chambre des Métiers tient à exprimer ses remerciements pour la coopération passée et future avec les écoles Lycée Technique de Bonnevoie et École d'Hôtellerie et de Tourisme du Luxembourg, notamment pour avoir aidé à organiser les examens pratiques.

En plus du Brevet de Maîtrise Artisan en Alimentation, deux autres formations, également réformées, sont proposées pour l'année scolaire 2021/2022 : le Brevet de Maîtrise Génie Technique du Bâtiment (déjà proposé depuis l'année scolaire 2020/2021) et du domaine d’activité Toiture (démarrage 2021/2022). La Chambre des Métiers se réjouit du grand intérêt et attend avec impatience les premiers diplômés dans les années à venir. À l'avenir, davantage de Brevets de Maîtrise seront progressivement réformés.

Vous avez des questions sur le Brevet de Maîtrise ou vous souhaitez un rendez-vous? L'équipe « Brevet de Maîtrise et Formation Continue » est à votre disposition.